Nous recherchons des passionné(e)s de cinéma, BD & littérature. Si c'est ton cas, écris-nous à monstres.sacres@yahoo.com, merci d'avance !

DENIZ TEK BAND PARIS 27 JANVIER 2023 - LE CONCERT VU PAR MOI MAIS AUSSI PAR DENIZ

 


Vendredi 27 janvier, le Deniz Tek band se produisait à la Dame de Canton. Cette ancienne jonque qui a fait plusieurs fois le tour du monde a fini par s’amarrer au milieu des années 90 sur le quai de Seine pour devenir une salle de spectacle conviviale pouvant accueillir une centaine de spectateurs. Tous les fans et amis de Deniz sont présents pour retrouver le son si distinctif du guitariste qui de Detroit à l’Australie, le Montana et Hawaï a traversé les dernières décennies avec une brillance intacte. En arrivant sur le quai, je fais la connaissance de Bob Brown, le bassiste du groupe que je félicite pour la production du dernier album de Deniz (Long before day) qui a été enregistré dans son studio de Billings (Montana). Nous y reviendrons.

A peine entré dans la jonque déjà bien remplie, Deniz m’aperçoit et vient à ma rencontre. Je ne les avais pas vus lui et Anne, sa femme, depuis trois ans. Un quart d’heure plus tard, les musiciens se mettent en place, Bob Brown donc à la basse, Anne Tek à la guitare rythmique, Deniz chant et guitare et l’improbable, car on est plus habitué à le voir officier à la guitare chez les Fleshtones, Keith Streng à la batterie. Deniz prend d’emblée cette attitude concentrée qu’on lui connaît pour lancer le premier morceau, une reprise de Oh Well  du Fleetwood Mac première période avec Peter Green, morceau plutôt casse-gueule mais joué avec maestria. J’avais presque envie d’entendre une autre reprise de Peter Green à la suite, ce fameux Green Manalishi. Mais Deniz revient à ses basiques en enchaînant avec Smith and Wesson blues de Radio Birdman. Il va ainsi traverser son répertoire, et que ce soient les cuts de ses albums solo (Can of soup, Prison mouse, John Henry’s hammer) ou ceux qui ont fait briller les groupes auxquels il était associé on retrouve ce son de guitare en rythme staccato unique et cette voix acérée comme son regard. 


Nous avons droit à une version de Brother John des Visitors incroyable, Deniz part dans un solo magique en crispant les yeux et ses compères sautillent sur scène en rigolant. Anne manie sa rythmique comme un flambeau sonique, Bob assène un rythme de basse sans faire de pain toujours en phase avec Deniz et Keith frappe sa batterie avec détermination. Cette cavalcade de morceaux va s’avérer un feu de bengale dans la jonque. 

 

On passe à trois titres du dernier album, Long Before Day, un blues bien senti qui semble venu du Texas et conclu par Deniz à l’harmonica, Ballad of Chief Joseph mon titre préféré de l’album avec guitare caracolante comme la chevauchée ce chef de la tribu des Nez Percés qui essaya en vain de récupérer le territoire natal dont les avaient chassés les Yankees puis Truck and Roll.

J’ouvre une parenthèse car cet album est une réussite passant du blues aux rythmes raunchy et toujours ces staccatos mitraillettes chers à Deniz. A part les morceaux cités plus haut il faut aussi mentionner la mélancolie de 1984 again et les belles ballades Mother Earth et le final Where.

 

 

 

 

  Revenons au concert, qui se poursuit par une accalmie avec la reprise du célébrissime thème de la Panthère Rose de Henri Mancini joué en retenue. Puis on reprend de la vitesse car le groupe est porté par un public enthousiaste et le dernier morceau revient aux Birdmen avec le mythique Hand of law. 

 


 Mais l’assistance en veut plus c’est clair. Trois morceaux en rappel, d’abord I need somebody des Stooges bien bluesy avec d’excellents backing vocals de Keith Streng, puis Eddie would go un instrumental qui rappelle que Deniz a cotoyé les spots surf à Hawaï et en Australie. Cela entraînera la conclusion idéale par le morceau emblématique de Radio Birdman  Aloha Steve and Danno, hommage rendu à la série tv Hawaï 5-O, ainsi la boucle sera bouclée. Un concert dont on sortira en souriant pour un bon bout de temps.

Le show peut être vu en intégralité ici.

      Jacques_B

PS : Deniz m’a fait l’amitié de me donner son point de vue sur ce concert et je vous livre ses impressions ci-dessous :

 


La Dame de Canton

We drove from Grenoble to Paris. La Dame de Canton is a small boat where I played once before, about five years ago with the skateboard stars Art and Steve Godoy, and Keith Streng on guitar. This time we had Keith on drums. Famous as the Fleshtones guitarist, he is not well known as a drummer. His mid-sixties style suits the new material perfectly. With Anne on guitar and producer Bob Brown on bass, we had the same lineup as on the Long Before Day album sessions. This time I used smaller amps - Vox AC15 and Fender Deluxe. The sound was clear and tight. The set list included some well known covers, three songs from Long Before Day, and selections from the last few solo records. Of course, we did a couple songs from the Radio Birdman catalogue too. The crowd was enthusiastic and full of energy. As they gave that energy to the band, we were very happy to respond. I always improvise most of the solos, and never know quite where it will go on any given night. There were some interesting twists and turns. It was a great gig, and we saw many friends there which made the evening even more special. We loaded the van and drove two more hours south. A long, hard but very satisfying day, ending with baguette, fromage and vin rouge at 4am.

               Deniz Tek

Commentaires