Nous recherchons des passionné(e)s de cinéma, BD & littérature. Si c'est ton cas, écris-nous à monstres.sacres@yahoo.com, merci d'avance !

THE CRAMPS day by day part 15 – 1994-95

 

 CBGB

On reparle du projet d’album des Cramps uniquement constitué de reprises SUN, qui ne verra finalement jamais le jour.

En revanche, Alan McGee, le boss du label Creation (UK) leur passe commande d’un nouvel album pêchu. Ils font acte au Earle’s Psychedelic Shack, le studio d’Earl Mankey, notamment co-fondateur de Halfnelson / Sparks, avec les frère Mael, devenu ensuite producteur. Les Cramps deviendront des habitués du studio.

Le line up a encore changé, c’est désormais Harry Drumdini qui tient les baguettes. 

En septembre, les Cramps ressortent, sur leur label Vengeance, l’album live 1986 format CD, agrémenté de quelques bonus.

Côté nouveautés, c’est aussi en septembre que sort Ultra Twist, format single et maxi 12’’ (tiré à peu d’exemplaire) / mini CD avec un titre supplémentaire. Les deux autres titres, Confessions Of A Psychocat et No Club Lone Wolf, ne se trouvent pas sur l’album.

      Tiki Bar


L’album Flame Job, mixé au Whitfield Street Recording Studios, à Londres, le 27 août, sort en octobre chez Creation en Angleterre et chez Medecine aux USA, dans une version vinyle rouge sang. Il est distribué par Squatt en France. J’ai une DAT tape to tape de l’album, qui sonne un peu différemment de l’album définitif.


Ce nouvel album, un de mes préférés avec les deux premiers premiers (mon groupe El  Cramped reprend trois morceaux sur son LP et jouait deux autres morceaux sur scène : Let’s Get Fucked Up et Nest Ot The Cuckoo Bird), est composé des morceaux suivants : Mean Machine, Ultra Twist, Let’s Get Fucked Up, Nest Of The Cuckoo Bird, avec son intro piquée à Don’t Tread On Me de Kit & The Outlaws, I’m Customized (like the average Jim), Sado Auto County Show, Naked Girl Falling Down The Stairs - a little culture now disait Lux pour introduire ce morceau, bien sûr inspiré du tableau du génie Marcel Duchamp et qui peu vaguement faire penser au riff de Bangkok, d’Alex Chilton, How Come You Do Me?, de Junior Thompson (1956), Inside Out And Upside Down (With You), inspiré du Bitter Feelings de Larry Phillipson (1959),  Trapped Love, de Keith Courvale (1958), Swing The Big Eyed Rabbit, qui est aussi le titre d’un pulp (novel book) de 1944, Strange Love, un morceau de Slim Harpo de 1958, que Lux introduisait sur scène en commençant par chanter I'm A King Bee, Blues, Blues, Blues, de Hayden Thompson (un inédit Sun records, 1957), Sinners, un morceau de Freddie & The Hitchhikers dont on a déjà parlé sur la partie 1982, Route 66 (Get Your Kicks), de Nat King Cole (78 RPM de 1946 du King Cole trio) et non de Chuck Berry – Lux ou Ivy : tout le monde reprend des morceaux de Chuck Berry, pas nous.

 Aux USA, l’album donne lieu à pas mal d’éditions promos, un double CD digipack avec en bonus A Brief History Of The Cramps, une compile comme son nom l’indique, et, plus tard, format mini CD cartonné : quatre versions / mix différents de Ultra Twist et Naked Girl Falling Down The Stairs, agrémenté de deux morceaux de l’album, live à l’Academy de New York le 23 septembre, 1er show de l’année pour les Cramps. Medecine (US) sort également le 7’’ Let’s Get Fucked Up / How Come You Do Me, sous pochette pills. Le mois suivant, toujours sous pochette pills, sort le 7’’ Ultra Twist! / No Club Lone Wolf. Ainsi qu’une VHS promo avec deux versions de Ultra Twist, une normale et une x-rated avec les danseurs, éliminés au fur et à mesure par Ivy, dénudés cette fois. Il y a aussi pas mal de samplers / promos comprenant un titre extrait de Ultra Twist.

Dans son édition de novembre, le magazine Maximum Rock’n’Roll publie un article fleuve sur les Cramps.

C’est aussi en novembre que sort en Espagne, format maxi 12’’ et mini CD, suite à une pub TV pour la Peugeot 106 Kid, She Said / What’s Inside A Girl / Mama Oo Pow Pow. Très peu d’exemplaires seront édités, sous magnifique cover courtesy of Lux. Les versions promos 12’’ et mini CD, avec seulement She Said, étaient /sont beaucoup plus faciles à se procurer.


La tournée de novembre – décembre, dont la set list est composée pour moitié de morceaux de Blow Job, est encore une fois limitée aux USA, à part une date au Canada. Quelques shows de cette tournée ont été enregistrés, St Louis, Pittsburgh (dispo sur Youtube), d’autres ont été filmés, dont celui de l’Academy, NY le 25 novembre. Faute de concert d’Halloween, San Francisco a droit au dernier show / jour de l’année.

En décembre, Creation édite une version picture disc de Flame Job.

Je n’ai pas tellement parlé de BO. Les Cramps font partie de celle de Caravan City, un film bien rock’n’roll de Joel Hershman.

1995

À l’occasion du 20ème anniversaire du CBGB, avec un peu de retard, sortie, sur Collision Arts / Giant, d’un CD / K7 comprenant une version live de What’s Inside A Girl?, bien meilleure que celle jouée d’ici là, qui se trouve aussi sur un mini CD 2titres, couplée avec un morceau de Jesus Lizard.

Toujours début 1995, une pub TV française pour la Renault Laguna cette fois, donne le mini CD deux titres : Surfin’ Bird par les Cramps, d’abord couplé avec le Papa-Oom-Mow-Mow des Rivingtons, puis avec Surfin’ Bird par les Trashmen.

La tournée de novembre – décembre 1994 se poursuit en janvier – février 1995, avec une première date au Canada (Vancouver) avant de sillonner les USA. Le show de San Diego est filmé, celui de Dallas sera diffusé en partie sur MTV.

Le 22 février, les Cramps débarquent dans les studios MTV de Londres et y interprètent Blues Blues Blues, Ultra Twist et Naked Girl Falling Down The Stairs. La tournée UK commence par Dublin le 24 février, suivie d’un show à la Brixton Academy de Londres, largement piraté, LP Electric Cheese notamment (qui indique par erreur 1990).

Après seulement deux shows UK cette fois, les Cramps en donnent deux également aux Pays-Bas puis cinq en Allemagne avant de débarquer le 10 mars à Paris pour participer à l’émission Nulle Part Ailleurs, sur Canal + (2 chansons + interview). Les Cramps seront pas mal diffusés à la TV française au fil des ans, sur Arte et sur M6, dans l’émission Culture Rock. Le lendemain, ils jouent au Zénith, dans le cadre du Rock Sound Festival, dont ils sont la vedette du jour. Le magazine consacrera un long article aux Cramps, mais pas la couv, partagée entre Rage Against The Machine et les Red Hot Chili truc. Les autres groupes, dans l’ordre de passage : Morphine / Jon Spencer Blues Explosion et Jad Wio, dont la tenue de Bortek ne déparait pas avec celle d’Ivy sur la cover de Blow Job. Show enregistré, bien sûr, son correct malgré l’endroit, un peu trop gros pour les Cramps.

La tournée se poursuit par le Grèce, la Tchécoslovaquie, l’Autriche, la Hongrie, la Suisse et l’Espagne.

Pas mal de presse sur la tournée, mais pas beaucoup de couv, celle de Maximum R’n’R, de Hypno, du magazine japonais Doll et de l’allemand Dynamite!


En mars, sortie du single Naked Girl Falling Down The Stairs, couplé avec Let’s Get Fucked Up pour le single UK (vinyle rouge) et Confession Of A Psychocat pour la version US, qui sort également le single format mini CD promo avec Naked Girl… et I’m Customized, versions live. De son côté, Creation fait paraître un mini CD avec Naked Girl et Surfin’ Bird, live. Il existe un maxi 12’’ promo, pochette blanche.

Pour faire un petit break sur les shows, il convient de mentionner deux bouquins : l’épatant et complet The Subwire Desire Of The Cramps - A Journey To The Center Of A Cramps Fan, de Dirk Roeyen 1995 - 105 pages – en anglais et néerlandais, limité à 100 exemplaires. Le bouquin espagnol Jolis Monstres (série cheap, avec poster), rédigé en français, est beaucoup moins intéressant et plus succinct (64 pages).

Psycho, la biographie du tueur en série Ed Gein par Paul Anthony Woods (novembre 1995, USA), débute par une épitaphe d’Ed Gein par Lux. Lux a toujours été fasciné par les serial killers, leur mental. Il a entretenu notamment une correspondance avec John Wayne Gacy, qui a d’ailleurs peint un portrait de Lux.


Le numéro 8 du magazine US Tease contient par ailleurs des photos épatantes d’Ivy prises par Lux (Cf. cover un peu plus bas). Le zine anglais Flame Job est intéressant aussi, compilant toute la presse anglaise de 1990 à 1995.

En juin, les Cramps retournent jouer en Nouvelle Zélande et en Australie, huit shows au total.

Après un unique (et court) show aux USA, dans le cadre du festival Hootenanny, à Oak Canion Ranch, les Cramps reviennent en France le 15 août pour un non moins unique show dans le cadre du Biker show festival Free Wheels. Ils jouent juste avant un de leur héros, Screamin’ Jay Hawkins et la performance des Cramps peut être écoutée sur le LP boot A Date With The Cramps (vinyle rouge, son pas terrible).


En septembre, Weed Records sort le LP 7’’ Bootleg Rarities Volume 1. Il n’y aura pas de volume 2.

Les Cramps sont interviewés dans le cadre de l’émission 120 Minutes, sur MTV. Ils sont aussi à l’honneur du # 152 de la série Beverly Hills 90210, dans laquelle on les voit interpréter Mean Machine et Strange Love. La fille du réalisateur était fan.

                                                        SF

Tournée d'Halloween, le 31 octobre à Las Vegas cette fois en compagnie de White Zombie, dons la bassiste, Sean Yseult, jouera brièvement avec les Cramps pour leur toute dernière tournée en 2006. Le show du Black Cat Club, à Washington le 28 novembre est enregistré et largement piraté, y compris sur un single : Ultra Twist 1995. Encore une fois, les Cramps terminent l’année à San Francisco.

Quelques autres bootlegs live 1995 dignes d’intérêt :

The Blue Note, Columbia le 14 février, Dublin le 24 février, Paradiso, Amsterdam le 1er mars, Hambourg le 7, Bruxelles le lendemain.

Et pour les complétistes, on peut signaler la compile Elvis Impersonator Blues, sur laquelle figure l’interview des Cramps Is Elvis Dead? de 1989, plusieurs picture discs Amnesty International avec cover Cramps et le EP des Sicniks, featuring Candy Del Mar : In The Hour Of The Sicniks.

Une fois n'est pas coutume, voici un extrait de mon fichier "Aide-mémoire : shows & boots", qui m'a bien aidé pour cette série d'articles.



Patrick Bainée
















Commentaires