Nous recherchons des passionné(e)s de cinéma, BD & littérature. Si c'est ton cas, écris-nous à monstres.sacres@yahoo.com, merci d'avance !

THE CRAMPS day by day part 18 – 2003

 

Grosse actualité pour les Cramps en 2003.

Pas mal de shows, les premiers aux USA, d’avril à juin, dont beaucoup ont été enregistrés par des fans, tout comme ceux de la tournée européenne à suivre – mais aucun bootleg officiel, pour promouvoir le nouvel album Fiends Of Dope Island, avec Harry Drumdini à la batterie, c’est à ne plus s’y retrouver dans les line ups des Cramps. Les Gore Gore Girls assurent la 1ère partie des premiers shows. À Philadelphie, ce sont les Sic Kidz, puis à la fin de la tournée, les Von Bondies ou Digger & Miss Pussycat. Le 19 mai, au 9 :30 Club de Washington, les Cramps partagent l’affiche avec Nancy Sinatra. Le concert du 27 mai à la House Of Blues de Chicago est considéré par les Cramps comme le pire concert de leur carrière, du fait de l'ambiance, il n’y aura pas de rappel. Le 29 mai, ils sont à Kansas City, où, avant le show, ils participent à un concours de lancer de disques (vinyles), si, si, j’ai des photos.

En amont de l’album, les Cramps sortent – US only, vinyle rouge - le single Big Black Witchcraft Rock, couplé à l’inédit Butcher Pete, un 10’’ de 1949 de Walter Brown & His Mighty-Mighty Men.

L’album Fiends Of Dope Island, titre d’un des films préférés des Cramps, sort en avril sur Vengeance, avec une pochette différente pour le LP (US only, vinyle rouge) et le CD (US et UK). La réédition 2014 aura une cover encore différente. Lux, en plus du chant, est crédité à l’harmonica et aux maracas, Ivy au theremin en plus de la guitare, Chopper à la basse bien sûr mais aussi à la rhythm guitar sur Taboo et Harry Drumdini aux drums.


L’album est composé des morceaux suivants : Big Black Witchcraft Rock, Papa Satan Sang Louie, sorte de Louie Louie revisité par les Cramps, Hang Up, des Wailers, Fissure Of Rolando, dont les paroles sont inspirées du film The Brain From Planet Arous, featuring John Agar, à qui le disque est dédié; le riff de ce morceau semble inspiré de la version par les Flamin’ Groovies de Married Woman, un morceau de Frankie Lee Sims – les Groovies ont d’ailleurs repris Fissure Of Rolando sur un récent hommage aux Cramps, suite à ma suggestion, Dr. Fucker M.D. (Musical Deviant), Dopefiend Boogie, Taboo, le morceau lounge interprété initialement (1934) par Cuarteto Machin puis Lecuona Cuban Boys (l’auteuse du morceau, 1935), mais davantage connu par Arthur Lyman, probablement la version qui a inspirée celle des Cramps, Jack Costanzo ou Les Baxter, Elvis Fuckin’ Christ! dont les Cramps n’ont cessé de répéter à l’époque que c’était un morceau à propos d’Elvis, et pas de Jésus, She’s Got Balls, inspiré par Froggy de Danny Dell & The Trends, Oowee Baby, un morceau de Ric Cartey qu’ils jouaient live circa 1980, Mojo Man From Mars, dont le riff est tiré de celui d’Intoxica des Revels (1964), Color Me Black, un morceau très Rumble de Link Wray, qu’il dédicaceront à Johnny Cash lors de la tournée après avoir appris la mort de ce dernier, Chopper exhibant un tatouage Johnny Cash sur l’avant-bras, et Wrong Way Ticket.

Pour la tournée européenne, c’est Jungle Jim Chandler des Makers qui tient les baguettes. Une tournée et puis s’en va, un peu comme pour Fur Dixon.

La tournée européenne commence par un show hors tournée, quasi privé, à Colmar, le 5 septembre au Grillen, j’y étais (+ de 1 300 bornes dans la journée et nuit suivante), et Vox aussi, la première fois qu’on se rencontraient. Super show, salle décorée par l’ami Slim Gil Deluxe, qui croisa le regard de Lux, ça lui suffit, quand il apporta aux Cramps le repas vegan concocté par Isabelle. Ci-dessous quelques souvenirs, dont la set list.

    


Colmar 

La tournée officielle commence par un show en Italie, sept en Allemagne, avec au milieu une escapade en Belgique et Hollande, l’occasion pour mon pote Michael (The Mutant) d’interviewer les Cramps pour son blog The Cramps.de, à Munich le 9 septembre, avec son petit enregistreur à pile, emprunté à un de ses 3 M (je ne me rappelle plus du prénom de ses enfants).

Berlin

Le show à Paris a lieu le 23 septembre, l’occasion de retrouver Vox et Marie ainsi que Martin Percival, tous à attendre les Cramps à la sortie secrète de l’Élysée Montmartre, en présence d’une fan qui les suit depuis 1980 et qui apparemment leur a fait peur. On croisera finalement les Cramps devant l’Élysée Montmartre juste avant qu’ils rentrent dans leur bus.

Ci-dessous la set list du show de Paris.


Les Cramps n’ont jamais eu autant de presse / couv qu’en 2003. Ils ont notamment fait celles de Ruta 66 (Espagne),  It’s Only Rock (UK), Juxtapoz (US), Caustic Truths! (US), Altercation (US), Focus (US), Rock&Folk, Juke-Box Passion et The Stool Pigeon, journal UK gratuit dans lequel figure l’interview de Lux et Ivy la plus intéressante du lot (ainsi qu’une non moins géniale de Lee Hazelwood – un peu hors sujet, quoi que The Girl On Death Row soit un des morceaux favoris de Lux et Ivy. Dommage que le magazine néerlandais Oor ait choisi The Strokes pour la couv, parce que les photos illustrant l’article sur les Cramps sont géniales.

Ci-dessous celle de Rock’n’Folk, ainsi qu’une photo d'Ivy et Isabelle Chelley photographiées par Lux, puis croquées par Slim Gil Deluxe.

 

Pour mon hommage à Lux dans Dig It!, basé sur des anecdotes de fans, Isabelle (qui s’était mariée avec Thierry C 4 ans avant son interview aux USA avec comme voyage de noces un show des Cramps) m’avait gentiment fait part de sa rencontre avec Lux et Ivy.

Après un show à Nottingham dont un de mes amis écossais a baptisé le CD How To Make A Monster, titre prémonitoire, et deux à l’Astoria de Londres, les Cramps retournent aux USA, où ils donneront trois shows autour d’Halloween.

Lux et Ivy participent à l’album de Wanda Jackson (une de leur héroïne, Funnel Of Love faisant partie de leur top 10) Heart Trouble, qui sortira en octobre, avec Ivy à la guitare, sur deux morceaux et Lux aux backing vocals, vous l’aurez deviné, sur Funnel Of Love et Riot In Cellblock #9.

Une bizarrerie : l’édition russe de 2003 du bouquin A Clockwork Orange / Orange Mécanique d’Anthony Burgess est illustrée avec le dessin de Steven Blickenstaff pour Bad Music For Bad People.



Côté disque, 2003 connaît aussi la réédition de Flame Job, format CD, avec deux bonus tracks et deux vidéos, les volumes 7 et 8 de la série Born Bad (LP), ainsi que, toujours en Australie, la compile CD (bootleg ?) The Secret Life Of The Cramps… Collection Of B-Sides, dotée de trois covers différentes. Last but not least, c’est en 2003  que sort (téléchargement gratuit) Lux & Ivy’s Faves Volume 1.

Sans oublier les nombreux samplers, la plupart donnés avec le magazine correspondant, sur lesquels figurent un morceau des Cramps.

Patrick Bainée


Commentaires