Nous recherchons des passionné(e)s de cinéma, BD & littérature. Si c'est ton cas, écris-nous à monstres.sacres@yahoo.com, merci d'avance !

RIP Dex Romweber


 Je viens d'apprendre que Dex Romweber a obtenu ses ailes d'ange hier 16 février pour aller rejoindre  sa sœur Sara. 57 ans, c'est jeune.

Ci-dessous l'interview qu'il m'avait accordée en 2009, pour Dig It! zine.

*

Dexter Romweber fait partie des grands allumés du rock'n'roll, jetez donc un œil sur la vidéo "Flat Duo Jets" sur Youtube et vous verrez... L'histoire musicale de Dex commence avec les Flat Duo Jets (1984-1999) et les dix albums réalisés avec son complice Crow. Au départ K7 autoproduite, le premier album ne sort qu'en 1990. FDJ est assurément un des groupes les plus intéressants de cette époque. Le groupe est adulé par les Cramps qui l'embarqueront sur une tournée fleuve. Des gens aussi divers que Fisherspooner ou Jack White citent les FDJ et Dex Romweber parmi les groupes les ayant influencés. Jack a d'ailleurs renvoyé l'ascenseur en participant au tout récent single du Dex Romweber Duo.

Le dernier album des FDJ, Two Headed Cow, est paru l'an dernier dans la foulée du film docu éponyme qui relate une tournée des FDJ de 1986 jusqu'aux pérégrinations récentes de Dex. Un Dex qui a par ailleurs récemment fait ses premiers pas d'acteur dans le film Lake City (il joue le rôle d'un guitariste, aux côtés de Keith Caradine et Sissy Spacek).

Les bios ont tendance à limiter les FDJ à un groupe de rockabilly, alors qu'un morceau comme New York Studio 1959 vous plonge directement sur le tournage d'un film vintage et que Husband Of A Country Singing Star est tout bonnement un des plus beaux morceaux country jamais écrits (du niveau du Singer de Johnny Cash ou du Poor Man de Lee Hazlewood, je vous jure). En fait, à l'instar des Cramps, les FDJ n'ont rien d'un groupe rétro, même s'ils se nourrissent de multiples influences pour créer leur univers bien personnel.

 Cinq albums (et demi) sont sortis sous le nom de Dex Romweber Duo ou Dex R tout court. Là encore différentes ambiances se côtoient, aucun album ne ressemble à un autre, du dépouillé Folk Songs, au plus surfy Chased By Martians et magnifique Blues That Defy My Soul, en passant par le classique (au sens "art majeur") Piano, mais tous ont ce son caractéristique qui rend reconnaissable la patte de Dex dès les premières mesures.

Le dernier album du Dex Romweber Duo (Dex et sa sœur Sara à la batterie), Ruins Of Berlin, sorti début 2009 sur le label de Chicago Bloodshot Rds, est encore une petite merveille. Les participations de Rick Miller (Southern Culture On The Skids), Cat Power, Neko Case ou Exene Cervenka (X) devraient contribuer à booster les ventes et, qui sait, à - enfin - attirer l'attention de la vieille Europe et à amener le Dex Romweber Duo par chez nous... Même s'il semble que Dex n'ait pas gardé un bon souvenir de la tournée FDJ d'une dizaine de jours en Europe, c'était en 1996.

*

Dexter s'est prêté au jeu d'une interview qui survole à peu près l'ensemble de sa carrière, la première pour un magazine français je crois bien.

Dig It ! : Qui t'a fait connaître le rock'n'roll et la good ole music, tes frères et sœurs, peut-être ? (Dex est le benjamin d'une famille de sept enfants)

Dex : C'est vrai que j'ai été élevé au son de la musique qui passait à la maison dans les 70's, des trucs comme Led Zep' ou Kiss. Mais au début des années 80, j'ai découvert les 50's, et là je me suis fait ma propre éducation musicale, j'écoutais tout, de manière boulimique.

D.I : La musique classique fait aussi partie de ton inspiration (Cf l'album Piano). Quel artiste citerais-tu en priorité, s'agissant du volet "classique" ? Chopin peut-être ?

Dex : Chopin effectivement, mais aussi Bach, Beethoven, j'adore la musique classique. Glenn Gould aussi, en fait je découvre sans arrêt des choses que j'aime.

D.I : Es-tu d'accord avec l'étiquette rockabilly band dont on qualifie en général Flat Duo Jets ?

Dex : Bien sûr, le rockabilly et la musique des années 50 en général sont une des influences majeures des Flat Duo Jets. On écoutait aussi les Coasters, George Jones, des trucs surf. On n'essayait en aucun cas de sonner rétro. Ces chansons nous ont influencées, on savait précisément où elles nous mèneraient. Mon point de vue est qu'il n'y a aucun problème à jouer de vieux airs tant que vous leur rendez honneur.

D.I : Vous avez tourné avec les Cramps, tu te souviens de cette longue tournée (USA, 1990) ?

Dex : Lux et Ivy étaient du genre réservé, peu locaces mais adorables, très prévenants. Avec eux on discutait surtout musique et cinéma. Je partageais le même amour que Lux pour Jackie Gleason (acteur, compositeur, producteur, scénariste et réalisateur américain - le Jackie Gleason Show...).

Cette tournée a duré trois mois, elle a été très formatrice pour nous, six shows de près d'une heure chaque semaine. Rétrospectivement, je n'en reviens pas qu'on ait pu assurer une tournée trois mois d'affilée. Nous étions des jeunes gens plutôt allumés. Je ne m'étais pas encore découvert moi-même... On a fait notre truc, pour le meilleur et pour le pire. En tout cas on s'est bien éclatés, et on a assuré. Si seulement j'avais su à l'époque ce que je sais aujourd'hui ... Ha ha !

 D.I : Lux & Ivy citaient toujours les Flat Duo Jets comme un de leurs groupes récents préférés. Sais-tu s'ils aimaient une de vos chansons plus particulièrement ? Je te demande cela car j'ai un pote qui compile les Lux & Ivy's faves (déjà 13 volumes).

Dex : Non, je ne sais pas quelle chanson ils préféraient. Sûrement un de nos instrumentaux surf.

D.I : Les Flat Duo Jets se sont séparés il y a maintenant dix ans. Peut-on espérer une reformation un de ces jours ? Je pense qu'il y a tout un public amateur de rock'n'roll qui adorerait vous voir, celui qui est allé voir la tournée de reformation des Gories et des Oblivians cet été par exemple.

Dex : Naaan, le Duo Jets est bien mort. C'est triste mais c'est comme ça. Un groupe c'est un truc un peu étrange. Crow et moi en avons eu marre l'un de l'autre. Rien de bien méchant, aucun ressentiment ou quoi... C'est en faisant des erreurs qu'on progresse.

 D.I : Dommage... Vous vous êtes rencontrés comment, Crow et toi ? Tu as écouté son album Songs For Emeline sorti en 2005 ?

 Dex : On s'est rencontrés au lycée. Comme il savait jouer Stairway To Heaven, il a eu le poste. On a formé un groupe quand on était tout jeunots. On s'est appelé The Remains pendant un an et on a fait deux concerts sous ce nom. C'était avant que Crow ne s'expatrie en Californie. Pendant son absence, j'ai formé Crash Landon, puis les Kamikazees, un groupe de cinq jeunes trous du cul qui a quand même réussi à durer plusieurs années. Quand Crow est revenue de Californie on a formé les Flat Duo Jets. C'était en 1984.

 D.I : C'est désormais ta sœur Sara qui tient la batterie au sein du Dex Romweber Duo. Tu nous la présentes ?

Dex : Sara a joué dans pas mal de groupes : Mitch Easter, Lets Active puis Snatches Of Pink. Elle a pas mal bourlingué. Elle a pris des leçons de batterie aussi. C'est une très bonne musicienne.

DI : Comme certains autres membres de la famille Romweber, je crois...

Dex : En effet, mon frère Joe joue de la musique aussi. Et ma mère était pianiste classique.

D.I : Il semble que le duo sans basse soit ta combinaison de groupe de prédilection, non ?

 Dex : En fait les histoires de duos se sont faites naturellement, ou par accident, rien de programmé en tout cas. J'aime tout un tas d'autres instruments : la basse, le saxo...

 D.I : Les early Flat Duo Jets incluaient d'ailleurs un bassiste (Tone Mayer, parti ensuite rejoindre The Chicken Wire Gang). Ce n'est donc pas l'histoire traditionnelle du groupe où chacun veut jouer de la guitare, mais personne de la basse.

Dex : Tony a tenu la basse pendant deux ans. Puis il en a eu marre des tournées et de la vie de dingue qui allait avec...

D.I : Tu as joué avec un paquet d'autres musiciens depuis. Quelle serait le parfait line-up d'un éventuel Dex Roweber Combo ?

Dex : En fait, j'aime essayer plein de trucs quand je suis en studio. Ma combinaison entre duo, combo ou trio, difficile à dire. Peut-être celle-ci : sax, batterie, piano et guitare.

D.I : Parmi les nombreux musiciens qui revendiquent ton influence, on peut citer Jack White. Raconte nous les conditions dans lesquelles il a produit et joué sur le dernier single de DRD.

            (Dex n'a pas répondu à cette question...)

D.I : Que ce soit avec FDJ, en solo ou en duo, tu as le don de créer des chansons qui embarquent l'imaginaire direct dans un univers ou un endroit particulier, comme une musique de films, ou dans ce morceau country que j'adore Husband Of A Country Singing Star. Quel est le genre de musique qui t'inspire le plus et celui que tu écoutes avec le plus de plaisir ?

Dex : J'adore les morceaux rockabilly obscurs, des gens comme Benny Joy ou Ronnie Self. Et puis aussi Agian, Bach et Chopin. Nat King Cole et Ray Charles, dans un autre genre. Je prends plaisir à écouter des styles de musique qui viennent du monde entier.

 D.I : Par certains côtés, ta carrière me rappelle celle de Lee Hazlewood. Apprécies-tu Lee ?

Dex : J'adore Lee Hazlewood, plus particulièrement son premier album Trouble Is A Lonesome Town.

 D.I : Vous avez mis du temps avant de sortir le premier album des FDJ.

Dex : Oui, en effet, c'est Jefferson Holt, le manager de R.E.M. qui nous a fait signer notre premier contrat sur son label local, à Athens, Géorgie. Il était fan des FDJ, il nous a voulus comme première sortie Dog Gone Rds.

D.I : Peu après les débuts des FDJ, vous participez au film-documentaire Athens GA. - Inside Out (sorti en 1986, les producteurs du films ont été tellement impressionnés par les FDJ qu'ils ont continué a les filmer, puis Dex en solo, pour finalement sortir le rockumentaire Two Headed Cow).

Dex : Athens GA. - Inside Out a été filmé en 1986. Nous faisions partie des groupes du coin (Chapel Hill) à l'époque. Je trouve le film très bon. Il est tout à fait fidèle à ce que nous étions à l'époque.

 D.I : Vous (FDJ) êtes allés enregistrer votre troisième album Go Go Harlem Baby aux Studios Sun. Ça a dû être une sacrée expérience ?

 Dex : À un point que tu ne peux imaginer. Toutes ces photos de pionniers du rock'n'roll sur les murs (qui ont dû rappeler à Dex sa cabane au fond du jardin qu'il nous fait visiter sur la vidéo mentionnée en début d'article), c'était un peu comme visiter un musée. La récente disparition de Jim Dickinson m'a vraiment bouleversé. J'ai toujours eu de l'admiration pour son travail. Cette voix qu'il avait ! C'était un de mes chanteurs préférés.

D.I : Les albums suivants des Flat Duo Jets sonnaient moins bruts (raw), plus riches en instruments, à cordes ou à vent. Cette métamorphose s'est-elle opérée naturellement ?

Dex : Exactement, tous mes disques ont été réalisés en fonction de mon humeur de l'époque. Je les aime tous et n'en renie aucun. Bien sûr, avec le recul, certains morceaux craignent un peu. Pas de quoi se prendre la tête, de toute façon, une fois qu'ils ont été enregistrés et édités...

 D.I : Pour toi la musique, c'est davantage une passion, un boulot ou un hobby ?

 Dex : Une passion, assurément, un hobby aussi. En aucun cas je ne considère ma musique comme un travail.

 D.I : Un album de Dex Romweber c'est quelque chose comme "moitié d'originaux, moitié de reprises". Comment choisis-tu les morceaux que tu reprends ? Sont-ce plutôt des chansons que tu connais depuis toujours ou des coups de cœur récents ?

Dex : Je choisis des chansons qui me touchent, quel que soit le genre de musique auquel elles appartiennent. J'adore notamment le jazz bien rythmé.

D.I : Quelles autres chansons aurais-tu envie de reprendre ?

Dex : Oh, je découvre de nouveaux artistes sans arrêt... Ah oui, une chanson que j'ai envie d'adapter, c'est Jambalaya (On The Bayou) par Hank Williams.

 D.I : Tu as convié pas mal de gens pour des duos sur ton dernier album The Ruins Of Berlin. Penses-tu renouveler l'expérience, et avec quel(s) autre(s) artiste(s) ?

Dex : J'adorerais enregistrer une chanson avec Nick Cave.

D.I : Ce dernier album se vend-t-il mieux que les précédents ? D'ailleurs, lequel de tes albums a été le plus populaire ?

Dex : Je ne sais vraiment pas lequel de mes albums qualifier de plus populaire. Ça dépend vraiment des gens, j'ai l'impression que pas mal de personnes préfèrent mes chansons les plus sauvages.

D.I : Y a-t-il un nouveau disque en préparation ? Envisagerais-tu d'y inclure une reprise des Cramps ou un morceau de toi en hommage à Lux ? (au moins, j'aurai essayé !)

Dex : Oui, j'écris en permanence de nouvelles chansons. Quant à ta suggestion, je vais y réfléchir...

D.I : Il y a eu Two Headed Cow, mais peux t'on aussi espérer un de ces jours un DVD avec un concert complet du Dex Romweber Duo ?

Dex : Pas de DVD prévu pour l'instant mais un pote à nous est en train de monter une vidéo pour People, Places And Things une chanson du dernier album. Ça devrait paraître d'ici quelques mois.

www.myspace.com/flatduojets

www.myspace.com/dexterromweberduo

Patrick Bainée

10 favorites de Dex Romweber :

- Chopin : "24 Préludes"

- The Phantom : "Love Me"

- Jackie Lee Cochran : "Georgia Lee Brown"

- The Ventures : "Runnin' Strong"

- Elvis Presley : "King Creole"

- Beethoven : "Sonate N°21 (Waldstein)"

- Eddie Cochran : "Legendary Masters Series" album

- Gene Simmons (celui des 50's) : "Crazy Woman"

- Rex Harris : "Lonely Wolf"

- Max Frost & The Storm Troopers : "Shape Of Things To Come"

Commentaires