Nous recherchons des passionné(e)s de cinéma, BD & littérature. Si c'est ton cas, écris-nous à monstres.sacres@yahoo.com, merci d'avance !

THE ROUTES - RENCONTRE AVEC CHRISTOPHER JACK


Nous avons déjà parlé d'eux dans THE SOUND OF NOW, au début du blog, leur album Mesmerised nous avait subjugué. Ils étaient pour nous un des premiers groupes sur la liste des artistes à interviewer. 
C'est chose faite, son chanteur Christopher Jack a répondu à nos questions.

Qu'as-tu pensé après avoir entendu pour la première fois Thee Headcoats ou Thee Headcoatees ? Tu écoutais d'autres styles de musique jusque-là.

La première fois que j'ai vu Thee Headcoats et Headcaotees en concert, c'était en première partie de Mudhoney au Shepherds Bush Empire à Londres. C'était incroyable de les voir dans cette immense salle, jouant avec leurs enceintes Vox PA. À cette époque, j'écoutais des groupes comme Sonic Youth, Mudhoney, Nirvana, Hole... C'était proche de la mort de la scène grunge.

Je les ai revus quelques années plus tard, après avoir été traîné par une petite au Dirty Water Club de Boston Arms. À cette époque, le post-rock était en plein essor, et j'écoutais des trucs comme Stereolab, Tortoise, Mogwai... J'écoutais aussi beaucoup de Krautrock comme Can et Faust, ainsi que des groupes comme Suicide, Spacemen 3, Silver Apples, Velvet Underground, etc.
Aussi génial que soit Thee Headcoats, ce n'est que lorsque le post-rock a commencé à devenir vraiment ennuyeux (à peu près au moment où je suis arrivé au Japon), que j'ai redécouvert la musique de Thee Headcoats. C'était un contraste pour le moins rafraîchissant, qui m'a amené dans un terrier de lapin pour découvrir la musique garage des années 60.


As-tu ensuite cessé d'écouter et de t'inspirer de tes vieux disques ou les mets-tu encore sur ta platine ?

Pendant plusieurs années entre la formation de The Facials et The Routes Left My Mind, j'ai écouté religieusement la musique des années 60. Aujourd'hui, j'en écoute de toutes sortes. Bien sûr j'écoute du garage, mais j'aime aussi la musique indie des années 80, le jazz, le punk, le krautrock, le surf.


J'ai lu que ton amie de l'époque (Yoko ?) t'as fait découvrir la culture garage, a-t-elle découvert tous ces groupes au Japon ? Qu'as-tu pensé lorsque tu as réalisé que tu étais passé à côté de ce style musical durant pas mal d'années ?

Yoko est ma femme, elle n'aime pas du tout le garage. Elle aime Doja Cat, Adele et Lady Gaga !
Vers l'âge de 18 ans, j'ai eu une petite amie (Dawn Crawford, propriétaire de Candy Says Vintage, Royaume-Uni) qui était folle de The Seeds, Chocolate Watchband, 13th Floor Elevators et bien d'autres. C'était ma première exposition à la musique garage des années 60, même si je ne l'appréciais pas vraiment à l'époque.

Je ne considère pas que la musique m'a manqué pendant de nombreuses années, car j'avais 23 ans lorsque j'ai commencé à la découvrir par moi-même, et je n'ai pas cessé d'aimer d'autres musiques après avoir découvert le garage (je ne comprends pas la mentalité des gens qui n'aiment qu'une seule chose. C'est comme découvrir le riz et ne plus jamais manger de pommes de terre). J'écoute beaucoup de musique, et je veux de la variété.

Pourquoi as-tu quitté l'Angleterre pour le Japon ?

Vers 1998, ma petite amie de longue date m'a quitté (boo hoo hoo), et j'ai déménagé à Brixton, dans le sud de Londres. Environ un an plus tard, j'ai rencontré ma future femme, Yoko Ono (oui, c'est son vrai nom). 
J'étais, de mon propre aveu, le pire type de britannique (je suis en fait écossais), très peu conscient et peu intéressé par la vie en dehors du Royaume-Uni. Je n'avais même pas de passeport et je n'étais jamais allé à l'étranger. Yoko est arrivée et a tout changé. Je ne voyais pas d'avenir pour moi au Royaume-Uni, et je sentais, même en 2000, que le Royaume-Uni était en train de sombrer. J'ai décidé de tout plaquer et de partir au Japon avec Yoko.

L'intégration a-t-elle été facile ? Quelles en ont été les choses les plus difficiles ?

La vie au Japon était vraiment difficile au début. J'avais cette image de Tokyo et d'Osaka... Je me suis retrouvé au milieu de nulle part (Hita, Oita), sans personne parlant anglais, sans endroit où aller et sans rien à faire. Lorsque je vivais à Londres, je sortais presque tous les soirs de la semaine. J'avais encore 23 ans, et j'allais aux concerts et aux clubs. Il n'y avait rien. C'était le plus grand choc.

Ensuite, il y avait la barrière de la langue, et aussi les différences de pensée avec la famille japonaise. J'ai voulu m'enfuir et retourner au Royaume-Uni tant de fois, mais je n'avais pas d'argent pour acheter un billet, et j'aurais été vraiment gênée que tous mes amis se moquent de moi pendant tout ce temps. Je crois que j'ai fait une dépression nerveuse la première année. C'était vraiment terrible. Je n'ai jamais été aussi malheureux, en colère et confus de toute ma vie qu'à cette époque.

Peux-tu nous dire pourquoi tu as commencé à jouer de la musique au Japon et nous parler de l'histoire de The Facials ? Est-ce-que The Facials a joué beaucoup de concerts et avez-vous enregistré des disques ?


En fait, je n'avais pas joué de guitare depuis quelques années avant mon arrivée au Japon, car sortir et s'amuser était plus important à ce moment là. 
Yoko avait une guitare à la maison, et je la prenais tous les jours et jouais avec. À cette époque, j'ai rencontré quelques étrangers dans ma ville et l'un d'eux m'a présenté le batteur Masao Nakayama. Il venait d'une toute autre région du Japon, donc il était aussi un peu un étranger. 
Nous sommes allés au studio et nous avons commencé à jouer des trucs punks, qui ont évolué vers une sorte de rencontre entre Headcoats et Buzzcocks. Un propriétaire de salle local nous a rejoint à la basse, et The Facials était né. On jouait tout le temps dans la salle du bassiste, en première partie de tous ceux qui passaient. Malheureusement, à cause de son travail, nous ne pouvions pas jouer en dehors de notre ville. 
On a sorti quelques CD-R de démos avec un total de 8 chansons. Avec le recul, elles sont plutôt mauvaises. Je pense que nous avons tenu un peu plus d'un an, avant de nous séparer du bassiste, et de changer notre approche vers un genre plus Yardbirds / Downliners Sect.

D'où vient le changement de nom du groupe en The Routes ?

Pour accompagner notre léger changement de direction, nous avons changé le nom en "The Routes". Cela a été décidé dans un petit bar un soir en parlant avec des amis. Nous parlions de noms de groupes potentiels, et un ami l'a suggéré, en parlant de la Route 66. Il semblait étrange qu'il n'y ait pas eu de groupe appelé The Routes, car c'était un nom de groupe assez évident. The Rolling Stones Route 66 est ma version préférée de la chanson (choix un peu évident, je le crains).

Peux-tu nous présenter les autres membres du groupe ?

Au fil des années, nous avons eu de nombreux membres, mais la composition actuelle depuis Tune Out, Switch Off, Drop In est Toru Nishimuta à la basse, et Bryan Styles à la batterie.
Toru est entré et sorti du groupe depuis le premier album. Il est le bassiste d'origine. Il est basé à Saitama, à des kilomètres de chez moi.
Bryan Styles est un ami d'adolescence. Il vit dans l'Essex, au Royaume-Uni. Nous jouions dans un groupe quand j'avais environ 19 ans, faisant de la musique quelque part entre Neu! et Hawkwind. Toutes les chansons étaient improvisées. Bryan était à la guitare à mes côtés. C'était très court.

Comment se passe l'enregistrement des chansons ?

Le processus de ces dernières années est le suivant : je fais des démos de chansons enregistrées à la maison avec un métronome. J'envoie ensuite les fichiers au batteur Bryan, qui ajoute la batterie, toujours à la maison. Ensuite, le fichier me revient et j'ajoute des choses, je réenregistre des trucs et je joue avec jusqu'à ce qu'il soit bon. Quelque part dans le processus, il est envoyé à Toru qui ajoute la basse. 
Nous écrivons en quelque sorte les chansons au fur et à mesure que nous les enregistrons, si cela a un sens. Je ne commence jamais avec tout décidé. Ça commence généralement par un riff, un peu de guitare rythmique et des fredonnements...
Les voix sont ajoutées en dernier.

Quelles sont les différences entre vos albums, et pourquoi changez-vous souvent de style et comment êtes-vous entrés en contact avec vos labels ?

Comme je l'ai mentionné dans la question précédente, nous n'avons jamais de plan fixe. Les choses se passent juste comme elles arrivent, par essais et erreurs, et ce qui semble fonctionner ou sonner bien à ce moment-là. 
Notre style change un peu, en fonction de ce que j'écoute à ce moment-là. Comme je l'ai dit plus tôt, je n'écoute pas que du garage. J'écoute un large éventail de musique. Je m'inspire également d'un large éventail de musiques. Je ne pense pas que The Routes ne peut pas être complètement catégorisé.

Je pense que c'est la raison pour laquelle il y a eu un si grand écart entre le premier et le deuxième album. Pour le deuxième album, j'essayais à l'origine de poursuivre ce que je faisais sur Left My Mind. Ma créativité était à sec, et j'avais le syndrome de la page blanche. J'avais fait tout ce que je pouvais faire avec ça. Dès que j'ai cessé d'essayer de poursuivre dans le style précédent, les idées ont commencé à fuser. J'ai découvert que le fait de changer de style me permet de rester vif et créatif.

Lorsque nous avons commencé à jouer dans d'autres pays, d'autres labels nous ont demandé si nous étions intéressés par la sortie de disques. Je pense qu'une fois que nous avons fait paraitre quelques disques ici et là sur différents labels, il y a eu plus d'opportunités pour nous de sortir des choses. J'ai toujours vu comme une chose positive le fait d'être sur plusieurs labels. Il est évident que nous ne ferons jamais d'énormes ventes, mais les sorties devraient s'aider mutuellement.

Faites-vous souvent des tournées au Japon et dans le reste du monde ?

Nous tournons rarement maintenant à cause de l'épidémie, mais avant nous étions allés en France quelques fois, en Espagne et au Portugal plusieurs fois, en Chine, au Royaume-Uni...
Nous n'avons pas vraiment pris la peine de tourner au Japon. Les raisons en sont que cela coûte plus cher en billets de train ou d'avion que ce que l'on peut récupérer lors des concerts. Je ne pense pas que les Japonais nous comprennent vraiment. Les Japonais ont tendance à aimer les reprises, les groupes qui s'inspirent complètement d'autres choses, etc...

Il y a aussi ici une hiérarchie de "senpai" et "kohai" (senior et junior selon l'âge et l'expérience). Une sorte de respect des aînés. Il est courant dans la société japonaise que, même si vous n'aimez pas votre "senpai" ou si vous n'êtes pas d'accord avec lui, vous gardiez votre désapprobation pour vous parce que vous êtes son "kohai". Ce principe est non seulement courant sur le lieu de travail, mais il s'étend également aux activités récréatives telles que les sports et même les groupes de musique. Si le "senpai" vous demande ce que vous pensez de sa performance ou de son groupe, vous êtes censé répondre "C'était génial", quelle que soit votre opinion. Si quelqu'un vous demande ce que vous pensez du "senpai", là encore, on attend de vous que vous disiez "C'était génial". Il y a beaucoup de léchage de cul inutile...
Peut-être que c'est mon côté britannique, mais je ne peux pas me résoudre à jouer le jeu. Je pense qu'au Royaume-Uni, nous sommes beaucoup plus honnêtes et directs.
Nous ne faisons partie d'aucune scène au Japon. Il se trouve juste que je vis ici. Fin de la diatribe...

Qui s'occupe du design de vos différents disques ?

Nous n'avons pas de plan établi pour le design de nos disques. En général, les labels nous laissent décider nous-mêmes. Les personnes les plus récentes avec lesquelles nous avons traité sont Hibiki Tokiwa, Scott Sugiuchi, Joseph Harmon et Jim Grimwade.

Pouvez-vous vivre de votre musique ou les membres de The Routes ont-ils d'autres professions ?

Le groupe est purement un hobby. Nous ne gagnons pas un centime. Nous arrivions tout juste à rentrer dans nos frais lorsque nous étions en tournée, car les vols aller-retour pour le Japon sont très chers.
Je travaille comme assistant maternel et professeur d'anglais dans un jardin d'enfants, je m'occupe de 153 enfants âgés de 2 à 6 ans.

Toru est un agent de voyage, travaillant pour la plus grande agence de voyage du Japon. Il emmène des des groupes de lycéens en voyage scolaire d'une semaine (souvent à l'étranger avant le covid).

Bryan dirige une entreprise de revêtement de sol à Essex, qui appartient à sa famille depuis des années.

Quel est le plus grand concert que vous ayez fait ? Quel a été le meilleur et le pire ?

Le plus grand et le meilleur a été le festival Cosmic Trip à Bourges. C'était juste génial d'être là, et encore plus de jouer. Nous n'étions venus qu'une seule fois en France avant cela, et nous étions arrivés, avions joué, dormi et étions repartis au Royaume-Uni. 

Je ne peux pas penser à un concert particulièrement mauvais, mais l'ensemble de la tournée de l'album Alligator était vraiment mauvais, à cause d'un des membres qui se plaignait constamment de TOUT. Il a totalement gâché l'expérience de la tournée. Il a été viré une fois que nous sommes rentrés au Japon. Je pense que le concert de Brighton de cette tournée était assez mauvais (désolé Neil et Chris), car j'avais bu un peu trop de cidre avant d'y aller.

J'ai fait un concert en tant qu'homme-orchestre où j'ai eu la diarrhée, et je me souviens que j'ai réussi à sortir des toilettes, à vite jouer une série de chansons, puis après la dernière, à courir vers les toilettes pour continuer à me soulager.

Est-il facile de collectionner des disques au Japon, quelle est la différence avec l'Angleterre ?

Au Japon, il est très facile de collectionner des disques, mais c'est vraiment une question de chance. La principale différence avec l'Angleterre est que les disques sont 80% du temps en excellent état ou presque et qu'ils sont bon marché. 
Les gens prennent vraiment soin des choses ici. En Angleterre, vous paierez le prix "mint" du Record Collector Price Guide pour un objet sur lequel quelqu'un a mangé son dîner avant de jouer avec au frisbee.

Tu as financé ton déménagement au Japon en vendant ta collection de disques. Certains de tes disques te manquent-ils maintenant ou les as-tu rachetés entre-temps ? A-t-il été difficile de te séparer de tes galettes ?

J'ai réussi à racheter quelques disques, mais beaucoup de ceux que j'avais à l'époque sont maintenant hors de ma gamme de prix. Des choses stupides comme des EP de Ride, des EP de My Bloody Valentine et des promos (j'ai travaillé dans des magasins de disques pendant plusieurs années). 
J'avais des trucs comme des albums Jimi Hendrix presque neufs sur Track, et des albums originaux de Can et Hawkwind... C'était très difficile de me séparer de mes disques (c'était à peu près tout ce que j'avais), mais je savais que je devais quitter le Royaume-Uni.

Le bon côté des choses, c'est que j'ai récupéré beaucoup de disques que je n'aurais jamais trouvés en Angleterre, comme des albums originaux d'Impulse presque neufs (Pharoah Sanders, Alice Coltrane, Archie Shepp), des pressages japonais originaux de singles de groupes de garage américains (Standells, Blues Magoos, Count V, Shadows Of Knight, Seeds), et aussi des tonnes de pressages japonais d'autres trucs comme les Rolling Stones, les Yardbirds, les Doors...

Quels sont tes projets actuels avec The Routes ?

Fin juin, nous sortirons un album de reprises de Kraftwerk intitulé Twang Machine sur Topsy Turvy Records (Allemagne). Il s'agit essentiellement de Kraftwerk réarrangé en instruments de guitare surf et rock 'n' roll des années 60. 
C'est un peu le contraire d'un album de Moog des années 70 qui reprend les tubes populaires de l'époque. On prend de la musique de synthétiseur et on la joue à la guitare. Je suis sûr qu'il recevra un accueil très mitigé une fois sorti, mais Bryan et moi sommes de grands fans de Kraftwerk, et nous nous sommes beaucoup amusés à le faire.

En août, nous sortirons un autre album instrumental à la guitare intitulé Get Past Go sur Otitis Media Records (USA).

Nous travaillons actuellement sur un nouvel album non-instrumental. Il est difficile de dire où il va car c'est un travail en cours, mais il y a 10 chansons, pas de réverbération du tout et beaucoup d'orgue.

Je te remercie Christopher, bonne continuation.

Interview réalisée le 25 avril (Merci d'avance pour vos commentaires !)



Commentaires