Nous recherchons des passionné(e)s de cinéma, BD & littérature. Si c'est ton cas, écris-nous à monstres.sacres@yahoo.com, merci d'avance !

THE CRAMPS day by day part 8 – 1982 & 1983

 

Les années 1982 et 1983 ont été assez calmes pour les Cramps, avec seulement 30-35 concerts donnés chaque année, soit deux fois moins que les années précédentes. Shows limités au territoire US à part une escapade au Canada.

Les Cramps sont en procès avec IRS et ne pourront pas sortir d’album pendant deux ans. Les fans auront toutefois une multitude de bootlegs à se mettre sous la dent pour patienter, à tel point que les Cramps cesseront de jouer de nouveaux morceaux car systématiquement piratés, avec des fois des astuces des bootleggers, qui inventent des noms de morceaux pour faire croire à des nouveautés.

De janvier à mai 1982, les Cramps se limiteront à tourner près de chez eux, en Californie.

Le show de l’Astor Park à Seattle, le 20 mai, sera largement piraté. Le LP Totally Destroy Seattle, un bel objet à la pochette sérigraphiée et au vinyle orange day-gloo, sera rapidement saisi par le FBI, ce qui en fait le bootleg le plus recherché des Cramps depuis. Il sera réédité en 1984 sous le nom Psychedelic Safari, avec une cover noire et blanche aux USA et en couleur en Australie. Plus récemment Totally Destroy Seattle est ressorti, avec plusieurs covers différentes.

Le show du Metro, à Portland (Oregon), trois jours plus tard, sera aussi piraté, mais de manière plus confidentielle, via un 7’’ et le LP The Best Lap Dancers In Hell.

En 1982, la set list des Cramps incluait Five Years Ahead Of My Time, des Third Bardo (1967), qui ne sortira  officiellement qu’en  2004, sur le double CD How To Make A Monster (avec Wighat et Hanky Panky issus de la même session), Blue Moon Baby, un morceau rockabilly de Dave Diddle Day (1957), qu’on trouvera plus tard en face B d’un single époque A Date With Elvis, Psychotic Reaction de Count Five (1966)  et Thee Most Exalted Potentate Of Love, un original inspiré par Louisville Lodge Meeting de Louis Jordan (1952). Ces deux derniers titres figureront sur Smell Of Female mais ne bénéficieront jamais d’une sortie studio. Ils rejouent aussi parfois Hurricane Fighter Plane lors de rares concerts. Rarement joué aussi, Toronto le 14 juin (+ ?), Rumble de Link Wray, que les Cramps joueront lors de quelques shows anglais de leur tournée 1984.

Pour revenir à des choses plus officielles, le zine K7 australien Fast Forward (# 11, mai 1982), contient des versions live de Drug Train et de New Kind Of Kick. C’est un bel objet avec pochette plastique double et plein de trucs à l’intérieur.

Mi 1982, les Cramps hantent le studio Gold Star (wall of sound) avec Shel Talmy avec un projet d’album de hot rod music. Projet non abouti.

Les 11 et 12 juin, Les Cramps retournent jouer au Pep Lounge, pour y donner des shows d’enfer. Tous les shows au Pep Lounge, longtemps recherchés par les fans, sont parmi mes préférés.

Le show du 14 juin au Larry’s Hideway, Toronto est parmi les plus piratés. D’abord sorti sous le nom Live At Harry's, avant d’être réédité sous celui de New Kind Of Kick, puis Spank & Roll, puis Fetichism, avec à chaque fois des covers différentes, dont deux pour le dernier cité, j’en oublie sûrement. Encore une fois il faut la K7 du show pour l’avoir en entier.

Les Cramps retournent jouer au Pep Lounge les 17 et 18 septembre, 5 et 6 novembre ainsi que le 26 novembre, après avoir joué au CBGB, le 7 novembre, show dont on peut écouter des extraits (et la répète sur le LP français Voodoo Rythm (sic).

Nick est opéré pour des problèmes d’yeux, dus à l’abus de drogue diront certains. Terry Graham, transfuge du Gun Club et donc comparse de Kid Congo, le remplacera un temps, pour une session en octobre parue partiellement sur le EP bootleg Blind Vision (sympa pour Nick…), avec notamment Sinners, un morceau de Freddie & The Hitch-Hikers de 1961, et sur How To Make A Monster. Terry accompagnera aussi les Cramps sur scène pour deux shows, dont celui du Clutch Cargo, le 29 décembre, édité récemment format double LP avec un son d’enfer et réédité sous le nom You Better Duck avec une cover laide le 3 novembre 2023. L’autre show sera celui du 31 décembre, au Metro, à Chicago. Kid Congo explique dans son autobiographie que cette nuit-là, sur un malentendu, lui et Terry emprunteront la voiture du groupe pour aller faire la fête, laissant Lux et Ivy coincés à l’hôtel. Il n’y aura plus de concert avec Terry et Kid sera remercié avant la fin de l’année 1983.


Kid retournera brièvement rejoindre le Gun Club avant d’entamer une carrière solo (et faire partie des Bad Seeds de Nick Cave).

Le 1er show de l’année a lieu au Pep Lounge le 16 février 1983. Ceux des 25 et 26 février au même endroit sont enregistrés. En sera extrait l’album Smell of Female. Les shows (presque) complets apparaitront bien tard sur les LP boots Real Men's Guts Versus The Smell Of Female Vol 1, show du 25 février 1983, et le Vol 2, celui du 26 février. Sorti bien avant, le LP Persecuted Prophets With B Movie Souls contenait des outtakes de Smell Of Female et des bouts de répète.

La set list de 1983 évolue par rapport à celle de 1982, incluant bien sûr davantage d’extraits de Smell Of Female et de morceaux comme The Lowdown, qui ressemble à une version allongée et ralentie de Week End On Mars. Ils jouent aussi parfois Love Me et She Said. Les spectateurs du Pep Lounge, lors des shows d’Halloween (28 et 31 octobre), tout comme ceux de Boston le 29 octobre et de Chicago et LA début novembre, auront la joie d’entendre Devil With A Blue Dress On, un morceau de Shorty Long (1964) davantage connu par Mitch Ryder & The Detroit Wheels (1967), You’ll Never Change Me, un morceau rockab de Lonnie Allen (1960), qu’on pourra trouver sur un bootleg 7’’ (live 1984), avec en face B le Bacon Fat d’Andre Williams (1956), qui fait aussi partie de la set list des shows d’Halloween 1983, ainsi que Oo-Ma-Liddy, un morceau de J.J. Jackson & The Jackaels (1961). Peu de ces titres sortiront officiellement.

En mai, Illegal fait sortir la compile Off The Bone au Royaume-Uni, sans l’autorisation des Cramps. La 1ère édition est en 3-D avec lunettes fournies. Une édition picture disc paraîtra l’année suivante et on ne compte plus (en tout cas, moi) les rééditions.

Le mini live LP Smell Of Female sort en octobre aux USA sur Enigma, avec les 1ères éditions en vinyle mauve. Le format K7 comprend un morceau en plus : Week End On Mars. Le mois suivant, le disque sort chez New Rose en France et sur Big Beat en Angleterre, vinyle rouge, puis version picture disc. Cette multiplicité de labels sera une constante jusqu’à ce que les Cramps réactivent leur propre label, Vengeance.


L’album est composé de Thee Most Exalted Potentate Of Love, You Got Good Taste, Call Of The Wighat, chanson qui emprunte le riff de Machine Gun des Riptides (1959) et de Dancing Girl de Bo Diddley et qui tire son inspiration du fillm The Gruesome Twosome d’Herschell Gordon Lewis, l’histoire d’un type qui fait fortune en vendant des perruques prélevées sur des cadavres fraîchement enterrés, Faster Pussycat, un morceau interprété par les Bostweeds, Faster Pussycat! Kill! Kill!, BO du film du même nom de Russ Meyer, I Ain’t Nuthin’ But A Gorehound (I don’t know about art, but I know what I like…), qui reprend le riff de Rocket In My Pocket et Psychotic Reaction du Count Five, avec Lux à l’harmonica. Il s’était déjà essayé à la guitare lors des premières démos du groupe et il existe une vidéo dans laquelle on voit Lux jouer (ou plutôt essayer de jouer) du saxo durant I’m Cramped.

Nouveaux shows au Pep Lounge les 28 et 31 octobre, avant de finir l’année par un show à San Diego.

Je ne mentionne pas souvent les K7.  Deux sorties en 1983 – For The Love Of Ivy – Studio et For The Love Of Ivy – Live, sont de beaux objets, tirés chacun à 25 exemplaires. K7 concoctée par Lux au départ, Forbidden City Dog Food parait format LP, avec environ la moitié des morceaux de la K7 initiale de Lux’s faves.

Fin 1983, Lux et Ivy produisent leurs amis, les Sickidz. Le maxi I Could Go To Hell For You sort d’abord aux USA (édition confidentielle sur BTCP) puis chez Big Beat en début d’année suivante. Le Sal Mineo’s Only Son à la batterie n’est autre que Ben Vaughn.

Assez peu d’articles de presse en 1982-83 à part les chroniques d’Off The Bone et de Smell Of Female. Les Cramps feront quand même la une de l’hebdo anglais Sounds, le 24 décembre 1983.

 Le paillasson (doormat) de Lux & Ivy

En complément des disques évoqués ci-dessus, live ou demo 1982-1983 :  

7’’ : Sometimes Good Guys Don't Wear White, Heaven Can Wait, + Live In Astor Park, Washington (sic) et Psychotic Madness contiennent tous les quatre trois des extraits de Totally Destroy Seattle ;

City Garden, Trenton, NJ (30 exemplaires, vinyle transparent) est tiré d’un show au City Gardens de Trenton le 3 novembre 1982.

She Said I’m A Monster est tiré d’un show à Boston le 23 février 1983,

At St. Andrews Hall - Smell Of Female Tour est lui enregistré au Clutch Cargo’s de Détroit le 11 avril 1983.

LP : Beyond The Valley Of The Cramps contient notamment des extraits du concert au Ritz, NY, le 13 novembre.

Patrick Bainée


 


Commentaires