Nous recherchons des passionné(e)s de cinéma, BD & littérature. Si c'est ton cas, écris-nous à monstres.sacres@yahoo.com, merci d'avance !

SHANE MACGOWAN 1957-2023 - PUNK, NIPS ET BONDAGE

 

Photo: Sydney O'Meara

Shane MacGowan est né en Irlande en 1957. Connu du public pour avoir été la « gueule cassée » des Pogues dans les années 80, il a eu une première vie dans le Londres Punk des 70's

The Nipple Erectors se forment en 1976 autours de Shanne Bradley et Shane MacGowan qui se fait appeler Shane O'Hooligan à ce moment-là. Hormis des répétitions, rien ne se passe jusqu'à la fin de l'année. MacGowan sort beaucoup, se défonce beaucoup et découvre de plus en plus de groupes. Le 23 octobre, lors d'un concert de Clash, une fille lui entaille une partie de la joue et de l'oreille avec une bouteille de verre. Le photographe Red Saunders immortalise le moment tandis que le journaliste du NME, Barry Miles, titre cannibalisme au concert de Clash car la rumeur veut que cette fille ait arraché le lobe de l'oreille de MacGowan avec les dents, ce qui est entièrement faux. MacGowan apparaît donc dans la presse nationale pour la première fois à la suite de ce concert.

En décembre, les Sex Pistols font la une de tous les journaux suite au scandale chez Bill Grundy et ils  donnent envie au jeune Shane O'Hooligan d'écrire à leur sujet. Le premier numéro de Bondage sort le 8 décembre. Un fanzine sans prétention, six pages recto photocopiées et agrafées, dans un angle un fanzine DIY tout à fait dans l'esprit de l'époque. Aujourd'hui, cela paraît anecdotique car tout est plus simple, en un clic on atterrit sur Facebook pour y écrire à peu près la même chose en cinq minutes, mais à cette époque, il faut passer du temps, faire la mise en page, même rudimentaire, trouver des photos puis une photocopieuse, etc. Pas si simple et Bondage ne dépasse pas le premier numéro car notre hooligan se consacre au groupe et aux sorties.

En 77, les Nipple Erectors jouent au Roxy, une première fois pour la presse et les maisons de disques, ensuite pour le public. Ils tournent ici et là, apparaissent dans divers fanzines et MacGowan fait même la une de Sounds pour un article intitulé images of the New Wave. L'année suivante sort le premier et unique single sous le nom Nipple Erectors, King Of The Bop/Nervous Wreck sur le label Soho Records. Un des deux responsables, Stan Brennan, n'est autre que le manager du groupe qui se rebaptise The Nips après la sortie du simple et un passage au Marquee Club de Londres. Le simple est très bien accueilli par la presse, Sounds en fait des éloges, le journaliste Alan Lewis écrit que c'est un disque qui plaira véritablement aux Teds et aux Punks et c'est vrai car la première face est Rockabilly et l'autre Punk, dans la veine de The Now, The Pigs etc.

Quelques mois après sort All The Time In The World/Private Eye premier single sous le nom de The Nips. Les deux titres sont composés par MacGowan, et le disque sort sur le label Soho de leur manager, comme le précédent. Plus Punk, on retrouve quand même des racines Rockabilly sur la face B. 

En 1979, un dernier simple arrive dans les bacs, Gabrielle/Vengeance. C'est une année de changement, tout d'abord de guitariste, puis de manager puisque c'est Sophie Richemond, ancienne secrétaire de Malcolm McLaren (manager des Sex Pistols) qui s'occupe désormais du groupe tandis que Stan Brennan devient le producteur. Le single sort tout d'abord sur Soho, son label, puis Chiswick le réédite. Gabrielle est un titre plus Pop que ce que le groupe avait l'habitude de faire, l'intro est empruntée à Louie Louie, le reste serait presque Power-Pop, comme la face B.

Les Nips tirent leur révérence en 1980, année de sortie de leur unique album (studio + live), Only The End Of The Beginning. MacGowan part faire la carrière qu'on sait avec les Pogues, et plus tard les Popes. Né dans un milieu modeste, alcoolique, chanteur de musique folk irlandaise, Shane MacGowan reste une figure de l'underground Punk londonien.

Fernand Naudin



Commentaires