Nous recherchons des passionné(e)s de cinéma, BD & littérature. Si c'est ton cas, écris-nous à monstres.sacres@yahoo.com, merci d'avance !

TOMA & ROCKIN' DOGS ou comment devient-on tourneur en France


À travers nos différents interviews, il nous est parfois demandé si nous pouvons aider des groupes à tourner en France. C'est ce qui nous a amené à contacter
Toma de Rockin' Dogs
Nous en profitons pour faire un appel à ceux et celles qui organisent des concerts, proposent des lieux où jouer. Contactez-nous, ainsi, nous pourrons vous mettre en contact avec les groupes que nous apprécions (monstres.sacres@yahoo.com).

Tout d’abord, peux-tu te présenter ainsi que Rockin’ Dogs ?

Salut, moi c’est Toma, j’ai monté Rockin’ Dogs en 2006 et tout ca a commencé suite à l’arrêt de mon ancien groupe de Punk avec lequel je gérais déjà presque tout, donc j’avais déjà quelques contacts dans toute la France et ca a surtout commencer avec l’envie d’aider d’autres groupes en commençant par mes amis. Et de file en aiguille ca a prit de l’ampleur pour en arriver où j’en suis actuellement, en espérant que ca ne s’arrête pas là !!!

Combien êtes-vous dans l’équipe ?

Je suis principalement tout seul, du moins je l’ai été depuis 2006. Cette année 2023 a été une évolution car nous sommes maintenant 2 bookers, plus une administratrice.

Toma with The Courettes

Comment devient-on tourneur (est-ce le mot adéquat ?) en France ?

Hahaha oui le mot Tourneur est bon, c’est la version française de booker.
Comment devient-on tourneur en France ? Et bien il y a la méthode des grosses agences avec bien souvent des gens qui viennent d’écoles, ca peut être d’écoles d’évènementiel, de régie ou même encore de commerce. Ca n’est pas mon cas, comme beaucoup dans le milieu du rock indépendant j'ai démarré par passion de la musique en travaillant avec des petits groupes et en essayant de les faire connaitre. Je continue à faire ça d’ailleurs quand je crois qu’un groupe a un vrai potentiel et le mérite. Je ne suis pas fermé qu’aux groupes déjà connu.
Mais au début le plus dur pour nous est de se faire un carnet d’adresse et un réseau, que les organisateurs nous fassent confiance et apprécient travailler avec nous. Après 17ans dans le milieu c’est toujours d’actualité et on lutte toujours.

Rockin’ Dogs existe depuis 2006, quels ont été les premiers groupes que tu aies fait tourner ?

Hahaha c’est vieux et la plupart n’existent plus ! Comme je le disais j’ai commencé avec les copains et principalement The Defenestors, un trio garage sauvage, d’ailleurs on a créé notre propre groupe à la fin de ce dernier, les Lipstick Vibrators et on joue toujours. Il y avait aussi G-Strings, un trio Punk à contre-basse super efficace !
Ca c’est vraiment les début de Rockin’ Dogs.


Peux-tu nous expliquer comment marche ton agence artistique ? Est-ce-que tu as l’exclusivité des artistes que l’on voit apparaître sur ton site web ? Si oui, comment se déroulent les négociations ?

Déjà lorsque nous décidons de travailler avec un artiste, cela se fait très simplement et nous ne passons aucun accord écrit d’exclusivité avec les groupes, cela se passe depuis toujours en accord oral. J’ai déjà eu de mauvaises surprises avec des groupes qui n’étaient pas très franc là dessus et cela s’est arrêté direct.
De manière générale, à part les quelques cas dont je viens de parler, je n’ai jamais eu de soucis avec l’exclusivité. Après, bien sûre il y a des coopérations qui se sont arrêtées suite à des problèmes et des désaccords mais ca reste assez rare. La plupart du temps nos coopérations s’arrêtent suite à l’arrêt du groupe.

Est-ce-qu’il existe un réseau et des connexions dans le monde d’organisation des concerts en France ou est-ce à chaque fois un challenge ? Êtes-vous beaucoup (dans le rock plus ou moins underground) à organiser des concerts et entretenez-vous des relations amicales entre vous ?

Oui bien sûre on est obliger de créer un réseau, à force de contacter les mêmes personnes on finit par se « connaître » même si on ne s’est jamais rencontré. Vu qu’on se déplace souvent sur les concerts, au bout d’un moment on finit pas lier des liens plus ou moins fort avec certains organisateurs. Il y en a plusieurs qui sont devenu de bons amis, et il y en a aussi beaucoup avec qui je m’entend super bien et avec qui j’aime beaucoup travailler. Je n’évolue pas dans le milieu des Majors mais dans milieu du rock’n’roll plus ou moins underground, ca reste un milieu très fraternel et les gens voient bien que je fais ça par pure passion et non pas pour gagner de l’argent.
Je pense qu’il y a beaucoup de gens qui sont motivés à organiser des concerts pour les groupes qu’ils aiment mais le souci ce sont les lieux, nous sommes dans un pays qui a du mal à accepter qu’une salle qui n’est pas estampillée SMAC, ou sous le contrôle de l’état, puisse faire des concerts de rock et ramener du monde. Tant que l’état n’a pas le control là dessus ca pose problème et donc ces gens qui sont plein de bonne volonté se retrouve avec des batons dans le roues et c’est vraiment triste. Quand je vois le nombre de salles qui ferment et des asso qui baissent les bras, je me dis qu’on a vraiment encore un long combat à mener.

Comment se passent les réservations des salles ? Doit-on s’y prendre tôt à l’avance, comment est structurée cette partie de ton travail ? Est-ce-que tu choisis les lieux où jouent les artistes en fonction de ceux-ci ?

Alors je pense qu’il y a eu un gros changement depuis la pandémie, avec ces 2 années de stand by tout s’est accumulé et avec tous les reports on a été complètement décalé. A l’heure actuelle si on veut faire les choses tranquillement il faut s’y prendre un an à l’avance ! C’est dingue ! Pour nous ca pose de gros soucis car bien souvent nos artistes pour la plupart étranger, ne savent pas ce qu’ils feront dans un an donc on est obligé de jongler avec les agendas des artistes et des salles.

Donc pour organiser une tournée on se met d’accord avec les disponibilités de l’artiste et à partir de là on démarche les salles et organisateurs. Avec Rockin’ dogs on travaille surtout avec des artistes étrangers donc on est plus sur des tournées ponctuelles, les artistes français ont besoin de jouer toute l’année, c’est un autre travail. J’aimerais bien qu’on puisse choisir où vont jouer nos artistes mais ca ne se passe pas comme ça. Bien sûre on sélectionne les lieux qu’on contact, on ne va pas booker un groupe de Punk dans un club de jazz, mais de manière générale nous proposons et la décision finale revient au programmateur. Nous vendons les spectacles aux salles donc on envoie un offre et elle est acceptées ou non, pour faire court :)
Après nous faisons un peu de production (organisation) aussi mais ca n’est pas l’activité principale de Rockin’ Dogs.

Quel a été le premier concert qui t’ait amené à penser que tu voulais essayer d’en organiser toi-même ? Est-ce-que tu t’es dit tout de suite après « c’est ce que je veux faire de ma vie » ?

Non pas du tout, comme je le disais au début c’est venu suite à l’arret de mon 1er groupe. J’évoluais déjà dans le milieu des concerts mais en tant que musicien et au final je ne me voyais pas faire autre chose que de travailler dans le milieu de la musique, après ca aurait pu être dans la production, dans un label ou tout ce qui a un rapport direct avec la musique et les concerts. La musique a une très grande place dans ma vie donc je ne me vois pas être boulanger ou maçon hahaha !

Barrence Whitfield, Cahors Blues Festival
Si on regarde des reportages ou on lie des articles sur l’organisation des concerts, on a souvent l’impression d’un travail très stressant ! Les anecdotes de choses folles faites par des membres de groupes foisonnent. En as-tu quelques-unes à nous raconter ?

Oui alors tous les groupes de rock ne sont pas que des rock stars qui sont dans l’excès et font n’importe quoi surtout dans notre milieu où personne ne roule sur l’or, mais il y a des cas en effet hahaha. Il y a les excès de drogue et d’alcool et en général ce ne donne jamais rien de glorieux, mais il y a aussi des artistes qui ont eu une certaine gloire dans les années passées mais qui agissent toujours comme si c’était encore le cas, c’est assez insupportable des fois mais c’est toujours délicat de les faire redescendre sur terre.
Je ne vais citer aucun nom pour tout ça, ca fair un peu partie de la vie privée et pour la plupart ils n’aimerait pas qu’on raconte ce genre de choses … mais je me dis que lorsque je serais à la retraite j’aurais surement un livre à écrire hahaha.

Tu t’occupes de tournées de groupes venant de différents pays, est-ce-que tu as remarqué une façon différente de travailler à travers les nations ?

Non de manière générale ca se passe toujours pareil. Les japonais sont très respectueux, peut-être même un peu trop et ont du mal à parler de choses qui fâchent. Les Américains sont plus direct mais j’aime bien travailler avec eux, si on pose les base direct ca se passe très bien en général.


N’as-tu jamais été tenté de passer au-devant de la scène et de devenir toi-même musicien ?

Je le suis aussi avec les Lipstick Vibrators, groupe garage punk. Nous avons formé le groupe en 2006, comme Rockin’ Dogs, puis avons eu un arrêt d’environ 6 ans et nous avons repris durant la pandémie avec un nouveau line up et c’est repartit pour un tour ! Nous avons pas mal joué depuis le début, avec des tournées en Europe et même au Japon.
C’est vraiment un plaisir d’être sur scène, j’adore ça et je m'éclate, mais être dans l’ombre en tant qu’agent et être fier du groupe que l’on a programmé en voyant la joie du public c’est aussi quelque chose de kiffant.

Les médias musicaux déclarent régulièrement que les groupes ne gagnent plus beaucoup d’argent à travers les disques, mais plutôt en jouant des concerts. Est-ce vrai, est-ce-qu 'en 2024, organiser des concerts nourrit bien son homme ?

Hahaha pas dans notre style de musique, je pense que tu fais allusion aux concerts qui passent dans les arena, zenith et autres … là je pense que les organisateurs ne sont pas à plaindre, mais dans notre milieu on tend plutôt à perdre de l’argent plutôt qu’à en gagner. Je suis très loin de rouler sur l’or et j’ai du mal à me payer mais la passion me pousse à continuer.
Il faut savoir aussi que beaucoup de salles de concerts qui proposent des groupes de rock le font souvent à perte et sont obliger de faire la balance avec des groupes mainstream ou soirées clubbing qui elles rapportent bien.
Et je pense que les groupes ont du mal à vraiment gagner de l’argent car le cout de la vie augmente mais pas les cachets, donc j’aurais tendance à dire que les musiciens gagnent encore moins qu’avant et sont obligés de booster le merchandising pour essayer de récupérer un complément.
Ne croyez pas tout ce que vous voyez sur les réseaux sociaux ;)

Bike Thiefs - backstage Holland 2022
Pourrais-tu point par point comment s’organise une tournée française ? Est-ce-que cela commence toujours par une prise de contact d’un des groupes ou as-tu parfois une offre qui te les fait contacter ?

Ca n'est pas toujours de la même manière mais en général, le groupe me contact et me demande si je suis intéressé pour monter une tournée, si je suis intéressé je demande les dates de tournée possibles pour eux, on peut aussi en discuter pour trouver la meilleur période car cela peut aussi être une stratégie, et je commence à démarcher les lieux.
Le plus difficile est de trouver et faire un plan de route cohérent, ca veut dire trouver des concerts dans la région qui m’intéresse le jour où ca m’intéresse afin que le groupe n’ait pas 1000km à faire par jour entre 2 dates. C’est ça la plus compliqué, faire une tournée cohérente en termes de routing.
Je peux aussi contacter moi même un groupe pour leur demander de venir tourner mais la suite est toujours la même.

Est-ce-que tu ressens une différence entre un concert dans une salle ou un festival ? Si oui, pourrais-tu nous la raconter ?

Ha bah oui forcement ! En règle général il y a toujours plus de monde dans un festival donc c’est toujours plus impressionnant. Mais de l’autre coté de la scène c’est aussi une autre ambiance. Les festivals c’est souvent avec plus de 3 ou 4 groupes donc s'il y a des atomes crochus entre les groupes ca peut donner une ambience super sympa. On a aussi les bénévoles et les gens qui organisent, sur les festivals les gens sont souvent super content de faire cet évènement ponctuel, donc l’ambiance n’est pas la même avec une salle qui fait 3 ou 4 concerts par semaine et avec des gens qui peuvent être un peu blasés. Mais attention, je vois bien souvent des gens adorables et heureux de faire passer certains groupes en salle, heureusement il y a beaucoup de passionnés dans tous ces métiers du spectacle.

Peter & the test tube babies, special halloween 2019, Paris, Petit Bain

Si on regarde les artistes dont Rockin’ Dogs s’occupe, on se dit que tu as très bien choisi ta clientèle (musicalement et par leur renommée). Explique-nous comment un groupe peut collaborer avec ton agence.

Il faut savoir que je sélectionne les groupes selon mes propres goûts musicaux. C’est très difficile de vendre de un artiste que l’on n'aime pas et ca je ne l’ai jamais fait.
La plupart du temps les groupes me contactent et me demande de collaborer avec Rockin’ Dogs, si le projet m’intéresse je me lance. Depuis un moment je suis dans l’obligation de sélectionner encore plus qu’avant car mon roster (catalogue) devient vraiment complet, je n’ai plus le temps de m’occuper de tout le monde.

Est-ce un travail qui t’occupe toute l’année ou y a-t-il des périodes creuses comme pour d’autres professions ?

Si je m’écoutais je pourrais bosser toute l’année sans arrêt, mais il y a toujours des périodes creuses comme la période de Noël et le mois d’Août, heureusement !

Quels sont les plus grands moments vécus par Rockin’ Dogs et ceux dont tu aimerais ne pas te rappeler ?

Récemment il y a eu de bons moments comme le Cahors Blues festival avec Barrence Whitfield, c’était énorme. Il y a aussi les concerts de Guitare Wolf qui sont tous des événements incroyables !!! J’ai aussi été très heureux de travailler et sympathiser avec des groupes dont j’étais fan étant jeune, comme les anglais de 999, Peter & the test tube babies, The Vibrators
Dans l’histoire de Rockin’ Dogs je n’ai pas eu beaucoup de mauvais souvenirs ou alors je les ai effacés de ma mémoire hahaha ! Les débuts ont été assez difficile avec des organisations de concerts sur lesquelles je me suis planté, j’ai perdu pas mal d’argent alors que j’étais au RMI et la déception de voir d’excellents groupes jouer devant 20 personnes c’est difficile.

Toma with Barrence Whitfield & the Savages

Quels sont tes prochains projets que tu peux déjà nous annoncer ?

Il y a beaucoup de belles choses à venir, pour ça il faut nous suivre sur les réseaux ;)
On va aussi avoir 2 groupes sur le Hellfest dont les Cosmic Psychos qui jouent sur la MainStage. Ca promet d’être un bel évènement.
Je voudrais aussi mettre en avant un groupe de jeunes qui a un grand potentiel, c’est Skating Polly. Ils sont vraiment talentueux !

Merci à toi Toma

www.rockin-dogs.com

https://www.facebook.com/Rockindogs

https://www.instagram.com/rockin_dogs/

Guitar Wolf, backstage


Commentaires