Nous recherchons des passionné(e)s de cinéma, BD & littérature. Si c'est ton cas, écris-nous à monstres.sacres@yahoo.com, merci d'avance !

ZINE O'RAMA - DEAD GROLL RELEASE PARTY - PERIGUEUX

 


La dernière Dead Groll Party a eu lieu mercredi 29 novembre au bar restaurant Le Cocagne, à Périgueux. Pour fêter la sortie du numéro 12, Eléonore avait invité Marc Minelli pour un spécial Clash ainsi que DJ Raf (Limoges) et DJ Ricane (Périgueux) pour chauffer les lieux avec des disques des Ramones, Bart And The Brats et autres Members

20h15, venu exprès du Havre pour effectuer une poignée de dates dans la région, Marc Minelli commence par quelques mots sympas et précise que les américains ont inventé le Rock N'Roll, les anglais l'ont sublimé, point de vue que je partage entièrement. 

Seul, avec sa Takamine branchée sur un ampli afin que ceux au fond du bar puissent en profiter, il attaque avec London Calling. Pas que le lieu soit immense, mais il serait dommage pour certaines personnes présentes de ne rien entendre. London Calling, donc, puis Jimmy Jazz, Guns Of Brixton, Marc Minelli aime The Clash, on le sait, le groupe anglais a marqué sa jeunesse à la fin des années 70, il traversait la Manche pour aller s'acheter les singles en Angleterre et jouait The Clash avec ses premiers groupes. Pour autant, il ne fait pas de reprises au sens classique, il adapte les titres à sa personnalité et à ses autres influences musicales, il met de lui dans ces chansons, il prend les textes de Strummer, Jones et Simonon et revisite The Clash avec du Folk, un peu à la Bob Dylan, comme il le fera remarquer lors d'une courte pause, ou avec du Blues, et le résultat est parfait. La période London Calling/Sandinista, qui semble avoir beaucoup marqué le chanteur havrais, est passée en revue.
Du côté du public, l'ambiance est bonne, tout le monde est réceptif et les habitués sont venus saluer l'événement, Bernard Delgoulet, le boss du magasin de disques La Démothèque, dont il est question dans le dernier numéro de Dead Groll, Valérie Maleplate, batteuse du groupe 69 Ways qui avait été interviewée pour un précédent numéro du fanzine, les Doum Doum Lovers, Cop', le bassiste de Psychic Power Of Love, groupe d'Eléonore, et bien d'autres. 
Une très belle soirée pour célébrer le dernier, tout dernier, numéro du fanzine. Car oui, je ne l'ai pas précisé au début, mais il s'agissait du der' des der'. Dead Groll c'est fini, Eléonore l'exprime bien mieux que moi dans l'édito du numéro 12.
Mais on n'est pas là pour pleurer, au contraire, car il y aura une suite, comme un renouveau. Je profite donc de ce petit compte-rendu pour saluer à mon tour le travail qu'elle a fait pendant 13 ans et la remercier de m'avoir permis d'écrire librement dans Dead Groll depuis tout ce temps.

Keep on dancin' ! ♫♪♩♬𝅘𝅥𝅲 la fête continue.

Fernand Naudin

Bernard (La Démothèque), Eléonore et Marc Minelli




Commentaires