Nous recherchons des passionné(e)s de cinéma, BD & littérature. Si c'est ton cas, écris-nous à monstres.sacres@yahoo.com, merci d'avance !

GRAPHIC WORLD - WILLIAM STOUT - INTERVIEW (2/3)


Nous venons de terminer une interview avec Mike Lécuyer qui est une grande figure du blues en France. Il a vu beaucoup de grands bluesmen dans les années 60 et 70. Il a même rencontré Son House qui lui a signé une affiche. Vous êtes aussi un passionné de blues, vous parlez souvent de vos expériences avec des artistes de rock. En avez-vous eu avec des artistes de blues ? 

Avant la crise du COVID, ma femme et moi faisions une croisière blues (la Legendary Rhythm & Blues Cruise) chaque année en octobre. La croisière compte environ 24 groupes à bord, avec cinq scènes ouvertes en permanence. Comme vous êtes sur un bateau, vous voyez les musiciens tous les jours au petit-déjeuner, au repas du midi et au dîner du soir. Ils sont très accessibles. De plus, ils savent que vous aimez leur musique. En général, j'apporte une pile de mes livres Legends of the Blues et je les distribue à mes musiciens préférés sur le bateau. De nombreuses amitiés en ont résulté.

Je suis devenu très ami avec Screaming Jay Hawkins et Monster Mike Welch. J'ai eu des conversations incroyables avec Allen Toussaint, Rick Estrin, Los Lobos (ma femme a eu un des membres du groupe comme patient), le révérend Billy Wirth, Buddy Guy, Kim Wilson, Kid Ramos, Elvin Bishop, Tracy Nelson, Jimmy Page, Robert Plant, Boz Scaggs, Keith Relf et beaucoup, beaucoup d'autres.

En écrivant Legends of the Blues, j'ai pris conscience de la scène blues de Central Avenue à Los Angeles. J'aurais aimé connaître cette scène quand j'étais adolescent. Tous les gens importants y jouaient. Oh, que j'aimerai avoir une machine à remonter le temps !


Que pensez-vous de labels comme Fat Possum qui essaient de trouver les dernières traces du blues rural ?

Je pense qu'ils font un travail de Dieu. Ces musiciens ont besoin d'être vus et d'être entendus. C'est vraiment dommage que beaucoup de ces artistes soient connus en Europe mais presque totalement inconnus dans leur propre pays, les Etats-Unis.

Vous avez publié de nombreux recueils d'illustrations consacrés aux monstres classiques du cinéma américain. D'où vient cette fascination ? 

Je suis ce que l'on appelle aux États-Unis un "Monster Kid". Les Monster Kids sont principalement issus de ma génération. Nous sommes nés à la suite de la diffusion à la télévision, en 1957, de la série Shock Theater. C'était la première fois que les films d'horreur d'Universal étaient diffusés à la télévision. Voir ces films a eu un effet énorme sur beaucoup d'entre nous, les enfants. Nous sommes tombés amoureux de Boris Karloff, Bela Lugosi, Lon Chaney et de leurs films. À peu près à la même époque, le magazine Famous Monsters of Filmland est apparu, nous permettant d'en savoir plus sur ces films d'horreur, leurs créateurs et leurs stars.

Je sais que vous êtes un grand fan de Willis O'Brien et de Ray Harryhausen et que le film King Kong vous a marqué (comme moi) à vie. Je ne sais pas pourquoi vous êtes si fasciné par les monstres Universal.

Le timing était parfait. La plupart des enfants ont une fascination pour les dinosaures vers l'âge de huit ans. C'est à cette époque que King Kong et les films de monstres Universal sont apparus à la télévision. Il y a un chevauchement entre l'amour des dinosaures et l'amour des plus grands monstres du cinéma. King Kong est à cheval sur les deux mondes. Peu après, les films de Ray Harryhausen nous sont tombés dessus comme une bombe.

Vous parlez souvent de vos premières influences (Frank Frazetta, Al Williamson, Roy Krenkel, Gil Kane, Carmine Infantino, Murphy Anderson et Reed Crandall). En Europe, les artistes citent souvent Hergé, Franquin, Moebius, Hugo Pratt. Les connaissez-vous, avez-vous aussi été influencé par des artistes européens et même des peintres classiques comme Delacroix (et ses splendides dessins) ou Gustave Doré (que Robert Crumb admire) ?

Je connais tous ces artistes européens de la bande dessinée. J'avais des abonnements internationaux à Pilote, Métal Hurlant et A Suivre. J'étais un ami très proche de Jean "Moebius" Giraud. Nous nous sommes rencontrés au début des années 1970. Il a eu une grande influence sur moi sur le plan graphique, mais aussi philosophique. Doré a eu une influence sur King Kong, donc une influence sur moi. J'ai été influencé par Enki Bilal. J'ai rencontré Philippe Druillet et Serge Clerc lors d'un de mes voyages à Paris. J'ai été influencé par les dessinateurs espagnols Carlos Giménez et Victor De La Fuente. Les peintres et sculpteurs académiques français de la fin du XIXe siècle continuent d'avoir une influence sur mon travail. Je suis fou des animaliers français Antoine Louis Barye, Paul Jouve et Henri Deluermoz. Et comment ne pas aimer l'art et les histoires d'Astérix ?

Vos parents n'avaient pas beaucoup d'argent mais ils vous ont laissé devenir un artiste. N'auraient-ils pas préféré vous voir exercer un autre métier ? 

J'ai eu beaucoup de chance d'avoir des parents aussi compréhensifs, surtout lorsque j'ai abandonné mes études de médecin pour devenir artiste au cours du dernier semestre de mes études secondaires.

Vous ont-ils suivi dans votre choix de carrière ?

Je m'assurais qu'ils aient des copies de mes publications artistiques, principalement sous forme de livres et de magazines. Je ne m'entendais pas avec mon père ; nous ne nous sommes pas parlé pendant des décennies. Après sa mort, j'ai découvert qu'il avait été très fier de moi.

Dans vos interviews, le monde de Walt Disney revient très souvent, vous avez même travaillé pour eux. Vos dessins me semblent très éloignés de ceux de Disney. Pouvez-vous me dire ce que vous pensez de cette société et quelles étaient vos relations avec eux ? 

Les dessins animés et les documentaires animaliers de Walt Disney ont eu une influence considérable sur moi et sur mon travail. Ils le font toujours. L'art est magnifique et la narration est limpide. L'illustration de mon livre pour enfants The Little Blue Brontosaurus a été directement influencée par les dessins animés de Walt Disney de la fin des années 1930, ma période Disney préférée sur le plan artistique. Bien sûr, les dinosaures de Fantasia ont eu un impact gigantesque sur moi et sur mon travail.

Lorsque vous me demandez ce que je pense de la société Disney.... Eh bien, il y a plusieurs sociétés Disney : les films en prises de vues réelles, les longs métrages d'animation, les parcs à thème et leur conception, les imprimés... Disney est partout, sous de nombreuses formes. J'ai eu d'excellentes relations avec Disney et d'horribles expériences avec eux. Tout dépend du projet, de la personne qui y travaille et du fait que les avocats de Disney se soient glissés ou non à bord pour tout gâcher.

J'ai eu de nombreuses relations différentes avec la Walt Disney Company. Les légendaires Nine Old Men de Disney ont enseigné l'animation à l'école d'art que j'ai fréquentée : Cal Arts (California Institute of the Arts ; alias le Chouinard Art Institute). Je me suis payé une école d'art en peignant des portraits à l'aquarelle à Disneyland. J'ai travaillé comme concepteur de parcs à thème pour Walt Disney Imagineering. J'ai conçu les personnages principaux du film Dinosaur de Walt Disney. J'ai travaillé avec Jon Favreau sur un projet non réalisé de film d'action en direct, Magic Kingdom. J'ai peint des fresques murales pour Walt Disney's Animal Kingdom. Jim Steinmeyer et moi avons créé une satire du show-business, la bande dessinée Mickey at 60. De bien des façons, il est difficile d'échapper à Disney.

En France, un artiste peut ne pas accepter de travailler pour eux. Par exemple, la plupart des journalistes de cinéma ont adoré le dénigrement de Tim Burton pour ses années Disney et n'ont pas compris qu'il  travaille à nouveau pour eux plus tard.

L'une de mes caricatures préférée montrait deux hommes sans abri. L'un d'eux avait un panneau indiquant "Travaille pour de la nourriture". L'autre avait une pancarte qui disait "Travaille pour Disney".

La réponse à votre question est que l'industrie du cinéma est à peu près la même dans tous les studios. Il n'est pas inhabituel de poursuivre un studio pour un projet de film alors que l'on travaille pour lui sur un autre.

Pouvez-vous expliquer ce que vous appréciez dans le travail de Russ Manning et ce qu'il vous a appris sur le dessin ? 

L'art et la narration de Russ étaient clairs comme de l'eau de roche, épurés avec des noirs bien placés et faciles à lire. Sa vision de Tarzan était presque identique à celle que j'avais de Tarzan lorsque je lisais les romans. Il a partagé avec moi sa passion pour les estampes japonaises. Russ m'a également appris à être un professionnel responsable.

Lui avez-vous demandé des conseils ou est-ce lui qui est venu à vous ? 

Il a vu mon travail dans un fanzine Edgar Rice Burroughs (ERBdom), a remarqué que j'étais du coin, m'a appelé et m'a engagé comme assistant. J'ai beaucoup appris dans ce travail.

Auriez-vous pu vous consacrer à une bande dessinée de super-héros pendant plusieurs années de votre vie ?

C'est peu probable. J'aime la variété. Faire toujours la même chose m'ennuierait --- et, à certains égards, me piégerait. 

J'ai cependant ébauché une bande dessinée de dix numéros mettant en scène un personnage de super-héros inhabituel que j'ai créé. Elle serait destinée aux adultes et traiterait de nombreux problèmes actuels qui affectent le monde dans lequel nous vivons. Mais la réalisation de mes autres projets est plus importante que cette série de BD pour le moment.

Il en va de même pour Harvey Kurtzman, Will Elder, Wally Wood, Robert Williams, Spain Rodriguez et Rick Griffin. Ont-ils été de bons professeurs ? 


J'ai appris de chacun d'entre eux. J'essaie d'apprendre de tous ceux qui sont bons. Ce qui me passionne dans le métier d'artiste, c'est qu'il y a toujours un autre plateau artistique à gravir. Un artiste ne doit jamais cesser d'apprendre. Rick m'a beaucoup appris sur le lettrage. Vous serez peut-être surpris d'apprendre que Robert Williams m'a appris des choses sur les dinosaures que je ne connaissais pas. Je n'ai jamais cessé d'apprendre de Kurtzman.

Pourriez-vous préciser pour chacun d'eux une (ou plusieurs) connaissance en dessin qu'ils vous ont enseignée ?

Harvey Kurtzman : L'écriture, la narration, le dessin, la couleur, le lettrage, l'observation, l'authenticité, la spécificité, la perfection.

Will Elder : Faire des dessins qui sont drôles en soi, indépendamment de l'histoire ; un dessin solide et la capacité de reproduire différents styles.

Wally Wood : Comment dessiner des personnages incroyablement mignons et attrayants, comment dessiner des super-héros simples et puissants ; un encrage au pinceau magnifique.

Robert Williams : Comment rendre le chrome et l'importance de la précision scientifique.

Spain Rodriguez : Comment conserver un art brut.

Rick Griffin : Le lettrage, la couleur et la création de séparations de couleurs à la main.

Dans une interview, vous avez parler du processus de création des planches de "Little Annie Fanny". C'était un long processus. Hergé a montré assez souvent dans des vidéos ou à travers des écrits sa façon de travailler. Ses dessins au crayon atteignent des prix exorbitants. Ce sont, à mon avis, de véritables trésors (que l'on peut voir au musée Hergé en Belgique). Il était également passionné par le lettrage (tout comme vous). Pouvez-vous nous expliquer comment vous dessinez ?


Je laisse toujours le problème dicter la solution. Je n'essaie jamais d'imposer un style à tout. Je dessine souvent quelque chose plusieurs fois jusqu'à ce que ce soit parfait. 

Vous inspirez-vous de photos (l'avez-vous fait par exemple pour les pochettes de bootlegs) ?

Les photos m'ont inspiré des voyages. Elles n'inspirent généralement pas mon art, à moins qu'elles ne soient essentielles à une image dont je fais la satire, comme la photo de Paul McCartney tirée de son premier album solo que j'ai utilisée et satirisée pour ma pochette de bootlegs The Beatles at Hollywood Bowl.

Conservez-vous vos planches crayonnées ou les repassez-vous à l'encre ?

Je fais une bonne copie de mes crayons si je pense qu'ils sont dignes d'être copiés. Ensuite, j'encre directement par-dessus mes crayons originaux.

Avant d'illustrer des bootlegs, vous en avez acheté. Pouvez-vous nous dire comment vous avez découvert leur existence et ce qui vous a attiré vers eux ? 

J'en ai vu des piles à vendre chez Peaches Records à Hollywood, puis j'ai lu une critique élogieuse du bootleg des Rolling StonesLive R Than You'll Ever Be, dans Rolling Stone. Je l'ai pris et j'ai été époustouflé par la version de ce concert de "Midnight Rambler". Comme beaucoup de fans de musique à l'époque, j'aimais posséder les disques pirates des concerts auxquels j'assistais. 

Était-il facile de se les procurer ? 

Les bootlegs étaient en vente dans la rue, ainsi qu'en vente libre dans certains magasins de disques de Los Angeles et d'Hollywood.

Vous avez également dit que vous en possédiez des centaines sur CD et vinyle... Pouvez-vous nous dire lesquels et pourquoi, les achetez-vous encore ?  



Ma liste serait plus longue que cette interview ! Je les achète toujours si je trouve quelque chose d'intéressant, une musique que je n'ai pas, d'un musicien dont je suis un grand fan. 

De combien de temps avez-vous eu besoin pour la création d'une pochette de bootleg ? 

Entre deux et six jours. Cela dépendait de la difficulté technique de la pochette. Est-ce qu'elle nécessitait un aérographe et un frisket de découpe ? Si c'était le cas, cela rendait la couverture plus longue.

Pensez-vous que vous n'avez pas réussi à en créer une, ou mieux encore, certaines d'entre elles ne sont-elles pas comme vous l'auriez souhaité ?


Après ma première couverture TMQ (Trademark of Quality), j'ai commencé à en faire rapidement, car je ne gagnais que 50 dollars par couverture. Mais je me suis alors demandé : " Pourquoi fais-tu ces couvertures ? De toute évidence, ce n'est pas pour l'argent".

J'ai décidé d'adopter une approche différente : m'amuser, faire de mon mieux, expérimenter des styles et créer des couvertures d'album belles ou intéressantes et ignorer combien j'étais payé pour cela. Et comme le nom de la société était Trademark of Quality, j'ai continué à pousser les contrebandiers à sortir des albums de meilleure qualité. C'est ce qui a fait de TMQ les rois du bootleg et a rendu leurs LP si recherchés. Je m'assurais que les vinyles de TMQ se distinguaient de tous les autres bootlegs produits. 

Pouvez-vous nous dire ce qui a inspiré vos plus célèbres illustrations de bootlegs (les Yardbirds en oiseau par exemple ou la pochette de "burn like a candle")


Les Yardbirds en oiseaux me semblaient naturels. J'ai dessiné et peint la pochette de More Golden Eggs dans le style du grand illustrateur de livres pour enfants Arthur Rackham. Cela m'a également permis d'avoir les trois remarquables guitaristes des Yardbirds (Eric Clapton, Jeff Beck et Jimmy Page) sur le dessin.


Burn Like a Candle
est le titre qui m'a été donné par le bootlegger. Il me semblait naturel de caricaturer Led Zeppelin comme un amas de bougies en train de fondre.

Je suis passionné par les croquis, avez-vous conservé ceux de vos bootlegs, avez-vous gardé tous les dessins originaux ?

J'ai échangé certaines de mes couvertures pour des bandes dessinées EC comics. La plupart de mes couvertures originales de TMQ ont été achetées par Ross Halfin, le photographe officiel de Jimmy Page. J'ai toujours mes premières esquisses pour les couvertures. Ils sont dans mes carnets de croquis. 


(À suivre ...)

Première partie

Troisième partie


Interview réalisée en avril 2022, illustrations utilisées avec l'autorisation de Monsieur William Stout (Merci d'avance pour vos commentaires !)






Commentaires