Nous recherchons des passionné(e)s de cinéma, BD & littérature. Si c'est ton cas, écris-nous à monstres.sacres@yahoo.com, merci d'avance !

ZINE O'RAMA - FUN / FUN'BEAT / GARAGE BAND REVISITED avec Jean-Marc & Patryck !

Dans la rubrique Zine O’Rama, nous essayons de rendre hommage à ce monde merveilleux du fanzinat dans lequel la passion est au premier plan. Cette passion qui a animé Jean-Marc Peltier (par ailleurs ex manager des Dogs) et Patryck Soubielle, à l'origine de FUN et FUNBEAT.


Ils nous racontent l’histoire qui commence au Havre …


Patryck : Le Havre est une ville ou beaucoup d’américains venaient avec des singles fifties ( Eddie Cochran , etc…..) pendant les années 50 . Cette ville est placée face à l’Angleterre , donc bien située. Elle était à 5h de Southampton par Ferry-boat dans les années 70, cela a forcément facilité la venue de groupes Trash et Punk British, surtout dès 75…… 80% des groupes passaient par Le Havre avant Paris. Dr Feelgood , Eddie & the Hot Rods , Cannibals , Stranglers , Sting-Rays, Prisoners , Flamin’ Goovies , Ramones , Talkin’ Heads , etc….

Jean Marc : Ce sont les journalistes de l'époque qui qualifiaient Le Havre de Rock city ou Detroit Français en référence aux Stooges j'imagine, dans Best et Rock&Folk. Il est vrai que nous avions quelques longueurs d'avance...

Les deux vont avoir la chance de découvrir assez tôt la musique que nous aimons tant …

Jean Marc : J'ai connu Philippe Garnier en 73 lorsqu'il a ouvert sa boutique (Crazy Little Thing) en face de mon lycée.Je dis toujours que j'ai du être son premier client. Il m'avait pris comme assistant vendeur. Comment ne pas être à la pointe de l'actualité rock, mais aussi de son histoire, avec un tel personnage ?
il m'a presque tout fait (re) découvrir même si j'écoutais déja du rock trés jeune par le biais de mes grandes soeurs (Stones, Kinks, Troggs, Who etc...) mais que j'avais sombré dans Pink Floyd ou King Crimson à mes quinze ans.“

Patryck : J’ai comme tout le monde de passionné suivi le Rock sixties dès 66 , j’étais ado et mon père avait le fameux EP de ? Mark & the Mysterians qu’il passait dans notre salon de la maison lors de soirée dès 67 . ……j’adorais ce style un peu Tex Mex du ? Mark bien que j’écoutais surtout Les Rollin’ Stones et Beatles et le MC5 . Ensuite, ce fut beaucoup de groupes anglais car le grand frère d’un pote de classe avait déjà moult EP’s en 66 ( Small Faces, Manfred Mann, Who, Kinks, Them, Animals, Searchers ainsi que la vague Mersey Beat )…..et Donovan, parallèlement à Bob Dylan et les Beach Boys.

A l’école, peu de jeunes écoutaient ce genre de musique en 66 , ce qui permit de former des clans de passionnés entre la 5ème et 3ème. On était ‘mordu‘ et cela nous a valu des confiscations de pick-up à piles en écoutant Dylan ou les Beatles en cours de récré !

Venant d’ados ce fut assez précurseur car cette musique était plus courante chez les majeurs (21 ans) que chez les mineurs de 13-14 ou15 ans. On retrouve ce constat plus tard , nous écoutions le Velvet et les Doors début 70 …..groupes souvent mal connus par 90% des jeunes ados.

Mi seventies, j’ai travaillé peu de temps comme disquaire à la FNAC et Gibert Jeune à Paris. Cela ne convenait pas à ma vision du Rock. J’étais centré sur les compilations 60‘s et les groupes néo sixties ( Voir FUN’BEAT n°5) . En 82 , j’ai fait une incursion chez EVA-LOLITA Rds …….cela n’a pas perduré , je crois que si j’avais été partenaire financier , j’aurai pu coller au tandem Jacques Leblanc et J-Marc Folliet. „


Le fait d'habiter le Havre facilitait l'accès à l'information …


Jean Marc : Avec des "influenceurs" comme Philippe Garnier ou Yves Guillemot, oui , tout à fait. Le "Detroit" français comme on disait à l'époque.

Patryck : Crazy Little Thing a été un pole d’attraction pour les passionnés de rock au Havre . Les concert passaient souvent par la boutique qui était un lieu de rendez-vous . Philippe Garnier était un personnage plus âgé que nous. Parfois il nous inspirait, surtout concernant la scène punk U.S. dès 74-75 .“

Jean-Marc : D'abord il y eu les Dogs. J'avais lié amitié avec Dominique Laboubée via Mélodies Massacre et Lionel Herrnani, le meilleur pote de Garnier. Dominique avait une grande culture sixties héritée de Lionel et sur scène en 75 il faisait déjà des reprises des Standells, Chocolate Watch Band, Small Faces, Pretty Things… Au Havre, il y avait les Psych out (couverture du numero 3, devant la vitrine de Crazy). Ils étaient excellents mais n'ont enregistré hélas q
ue deux titres " Beach Games " et " Sadness " sur la compil Fireball. Mais il y en avait partout, des groupes garage ou assimilés. Je pense aux Thugs, Coronados, Playboys, Vietnam veterans…“

Avec autant de sources de connaissances, vouloir les partager était la suite logique. À cette époque, la création d’un fanzine était la suite logique …

Jean-Marc :
 "Au départ il y eu ce fanzine nommé Jésus Crime au Havre , créé par Olivier Nampont et auquel participait Phillipe Debris. Le numéro 0 est sorti en 1980. Je les ai rejoints pour le premier en décembre 80 en signant Mark J.

J'y parlais des Fleshtones et des Stray cats. Mais le théme principal ,c'était les groupes locaux. J'étais encore Manager des Dogs mais plus pour très longtemps car en Mars 81 je débutais une carrière dans le maritime.

Dans le numéro 3 de Janvier 81, nous sommes rejoints par Jean-Luc Marre, maintenant distributeur de labels indépendants.

Je collabore encore pour deux numéros mais en Juin 81, je décide de créer Fun avec l'aide de Philippe Debris et Richard Recher (r.i.p.) un grand amateur de R&R.

Jésus Crime était surtout axé sur la scène locale, nous voulions être plus ouvert avec FUN. Le premier numéro a été imprimé grâce à Richard et le matériel Offset du comité d'entreprise de sa boite (Renault !). Il n'était financé que par de la publicité.“

FUN #1 parlait de rock au sens large, de Springsteen à John Cale ainsi que de la scène rock normande (Dogs, OX ...) Le Garage est venu au second numéro avec l'arrivée de Patryck qui en est le grand spécialiste..Lui parlait des sixties, moi du début du garage revival . Le second a été fait à la photocopie par Patryck et moi, il fait vraiment cheap !"

Patryck : "Le numéro 1, je n’y étais pas , je voyageais beaucoup, je me suis éduqué à la scène Garage Rock en voyageant ( U.K. / USA / Germany) plus que part les élucubrations rock locales . Vu des concerts que peu de gens ont vu à la bonne époque : Chuck Berry, Canned Heat, The Move, MC5, Dead Boys …… live, etc“

Le 2, 3, et 4 , nous avons collaboré …….pour le FUN !.“


À partir du troisième numéro, on peut remarquer que le fanzine gagne en qualité de papier et d’impression…


Patryck : « Le CLEC Mont Gaillard du Havre, une sorte de foyer culturel de la jeunesse, nous a épaulé financièrement dès le 3ème numéro de FUN. En fait, ce fut l’imprimerie du Havre qui a sortie 2000 exemplaires en papier glacé, grâce à Yann B., un responsable de CLEC à l’époque . Une sacré aubaine si l’on considère que la musique traité dans FUN était mal connue en 82-83 . »

Jean-Marc : « Les CLECs (centre de loisirs et d'échanges culturels) étaient des maisons de quartiers financées par la mairie et souvent implantés dans les parties difficiles du Havre. Grâce à celui de Mont Gaillard, nous pouvions faire la maquette et imprimer gratos aux services techniques de la ville. C'était notre sponsor ! »

Ce sponsor leur permet de proposer le fanzine gratuitement …

Jean-Marc : « C’était par pure philantropie. La distribution s’effectuait par correspondance suite aux petites annonces dans Best ou R&F mais aussi surtout par le bouche à oreille ».“

Patryck : « Gratuit, donc il n’y avait pas de problème d’écoulement et de rentabilité, aucun investissement perso. C’est parti comme des petits pains et les plus rapides ont trouvé un numéro !

Tout se passait par correspondance (note de timbres salée !) . Il n’y avait aucun intermédiaires, juste quelques dépos gratuit à Crazy Little Things. On était autonome et pas tout à fait comme les autres fanzines , c’était un choix délibéré.

Le magazin Closer c’était plus la même chose ….par rapport à Crazy Little Thing.

Closer a ouvert , suite à Crazy Little Things versions 1 , 2 et 3 (voir article dans Fun 3) dirigé respectivement par Philippe Garnier, Yves Guillemot, Benoit Fouchet et J-Francis Cardon... A l’époque, je peux pas dire que j’étais amis proche de Philippe Debris, l’ambiance était différente , les goûts musicaux parfois aussi , et les anciens fans n’étaient plus là, Closer c’était autre chose et de surcroît il y a eu des problèmes entre lui et Stéphane Saunier. Philippe a crée un label, je tire ma révérence, il a eu l’audace. »

Jean-Marc : « Mes relations avec Philippe Debris étaient tout à fait correctes et amicales et on déposait le fanzine au magasin Closer, »


Le fanzine regorge de conseils d’écoutes de disques pratiquement introuvables à l’époque, mais eux les connaissaient, où trouvaient-ils ces trésors ?


Jean-Marc : "Surtout à Londres mais aussi par commandes.. J'avais un correspondant à Montréal et il était demandeur de Punk-Rock français et moi de néo Garage US. »

La couverture de FUN 4 est très particulière…

Jean-Marc : « Greg Prevost des Chesterfield Kings accepta très gentiment de faire la couverture du numéro 4. »

Patryck : «Un numéro annuel de FUN, c’est déjà exigeant à seulement 2 personnes. L’info est venue très vite dès le 3ème numéro. Des disques, Infos concerts, fanzines arrivaient de tout pays entre 1981 et 85. »

Jean-Marc : « On découvrait des fanzines via les contacts. A cette époque on tissait déja la toile sans le net et on rebondissait d'une personne à l'autre. on s’échangeait nos feuilles de choux tel qu’avec "Who's behind the mark "de Rouen, Nineteen de Toulouse,"I wanna be your dog" de Paris.

Il y a eu 4 numéros entre Juin 81 et Octobre 83 soit à peu prés un tous les six mois. On avait un job et peu de temps.Ce n'est pas les infos qui manquaient. »

FUN se termine avec ce numéro, mais il va y avoir ensuite un numéro du fanzine FUN’BEAT

Jean-Marc : « Je n'etais plus là, faute de temps. Ma profession d'agent maritime etait très prenante. Ce numéro c'est Patrick qui l'a fait seul. »

Patryck : « J’ai fait seul le fanzine FUN’BEAT ……… Pourquoi FUN’BEAT ( et plus FUN) d’une part , on me proposa de continuer; j’avais encore la passion et d’autre part , Jean-Marc arrêta. »

Après la fin du fanzine, Patryck reste encore actif dans le monde musical…

Jean-Marc : « Patryck a été et est toujours un fan absolu de Garage Rock, d'où GBR (le fanzine Garage Band Revisited) ensuite. Nous sommes toujours amis depuis cinquante ans. Il anime toujours une émission de radio très "Garage" localement ("Rock en caux"accessible via FB).




Patryck :
« Jean-Marc et moi étions passionnés par sensiblement les mêmes artistes Rock (voir FUN 1 , 2, 3, 4). Après, nous sommes restés en contact et j’ai participé à des Radio Libres pour des émission Rock (RF7, Fréquence Seine,etc…) .

J’ai réalisé 5 numéros de "Garage Band Revisited" entre 1995-2004 , chaque issue était d’environ 100 pages et agrémentée de support CD .

Les CD étaient une compile de 16 groupes, une autre de 26 groupes, un CD 2 titres live des Dogs de 2002 et 50 CD-R démo studio / Live donnés par Mike des Cannibals ainsi que 50 Dvd-CD donné par Tim Gassen, l’auteur du bouquin Knight of Fuzz.

Les premiers passionnés ont eu ces CD’s …..Ce fanzine-mag’ était dédié aux Garage bands et au Rock international ……Tout est sold out : FUN / Fun’Beat et G.B.R. ! (Ndlr : Si quelqu’un pourrait nous fournir des copies de Garage Band Revisited, nous pourrions également réaliser un Zine O’Rama sur eux).

Concernant le Garage Rock, je trouve que trop de gens en parle mal ou se font écho de ce genre musical …….Beaucoup mélangent tout ! Oui , je suis toujours assidûment l’actualité Garage Rock ……. Cependant j’ai axé depuis 13 ans mon dévolu sur deux radios associatives Havraises en diffusant des émissions Rock régulièrement, l’une en FM , l’autre en Dab+ , j’y trouve mon compte .

On les capte sur le site des deux Radios ou sur YouTube ou ma page Facebook 
Patryck Albert :

« Rock en Caux »
sur 103.1 FM / R.V.L. du Havre le jeudi soir à 20h….. 1 fois sur 2 depuis 13 ans

et « Free & Easy » en dab+ sur O.T.R. du Havre le dimanche soir à 20h ….1 fois sur 2 depuis 6 ans

Il est paru un recueil du fanzine I Wanna Be Your Dog, alors pourquoi pas faire de même avec FUN et FUN’BEAT ?

Jean-Marc: «On le trouve sur le net, c'est suffisant à mon goût. Ce n'est quand même pas un chef d'oeuvre. »


À vous de juger avec les PDF ...

Merci à vous Jean-Marc et Patryck

LES MONSTRES SACRÉS
(Novembre 2023)

Jean-Marc & Patryck (dans le reflet)






Commentaires